Poèsies où la magie d'une Île rayonne comme les rimes et l'Amour d'une Terre à part, secrète malgré les images que l'on pourrait faire. Cette Île est un don des Dieux de la Nature, elle est Univers et diversité, Immense et si petite sur les cartes, à la fois Everest et Bonne Espérance ou Horn, pour le Montagnard ou le Marin qui y puisera d'innombrables occasions de révélations et de plénitude. Les écrits en Langue Corse, poètiques, sur le Monde de la Mer ne sont pas légion, aussi je lance un appel aux passionnés de la Poésie Corse à ce sujet qui voudraient bien me montrer le Chemin de la rime Marine "...in la Lingua Corsa , a Lingua materna, quidda di i nosci antinati ..." comme l'évoque si bien M.Ceccarelli dans ce texte merveilleux : " A Lingua Corsa " !

 

 

F1000003

Bruzzi au premier plan et Cagna 

Poètes, Auteurs, Ecrivains de Langue CORSE, originaires de Bunifazziu...

Les vents sont les messagers des époques et des Contrées Meurtries !

 

                                                           

Vague_2

 

Et la Mer inondée de Bleu au petit jour exulte et vibre de toutes ses vagues sur le perpétuel écueil  de nos vies !

 

 

A SARPAIA

 

Drentu a nioti sitimbrina                                    

Suta à üna lüna fina

U portu mi pari ün stagnu

Ogi è giurnu di cucagna

Cian cianin ün schifu và

Sciorti ün schifu à piscà.

 

Maestusa è a noscia Roca

Fiera di ri se palazzi

Nantu à u ciazzà di San Rocu

Ün veciu guarda a bunazza

Ciaciarigia in tera in tera

U Diu Grossu cù a Galera.

 

Da San Franzè à i Trè Punti

U tempu avirà scavaiu

Questu lungu lungu frunti

Cù ventu e mà scadenai

Là, deria, da Cara Sciumara

Vedu zà u sun che sbara.

 

O che liogu è Sant’Antoniu

Cù u schiogiu pertüsaiu

Ancu l’Orca e u se tafonu

È ün magu che r’hà faiu

In questu liogu, a natüra

G’hà missu tüta a primüra.

 

Cara di Labra anaquaia

D’egua duzzi, fresca e sana

Da ciapili imbarsamaia

U Grandi Spirun si spana

Ciaza bela e fina orena

Ancu buna pè i reni.

 

Atrazinu i Ratini

Vanu apressu à u Cavalu

I Lavezi sun visgini

Cù l’osgili fanu ün balu

E si stà suta à l’incantu

A belezza è d’ogna cantu.

 

Suta à a Ciana di l’Inglesi

G’avemu trè tinimenti

Sarpa sarpa i te rei

Capun ghi n’è ciü di trenta

I fundi sun ricamai

Lüsgi a sarpa cù l’ogiaia.

 

L’Isuri cù a bunazza

e ti sbuchi in paradisu

Üna timpesta e t’amazza

È cuscì u me paisi

U piali s’infiara d’oru

Si cridimu indè üna fora.

 

Ogi a pesca è staia buna

Smagiremu di riturnu.

 


 

 

A sarpaia (remontée des filets)

 

Dans la nuit de septembre

Sous un filet de lune

Le port est comme un étang

La journée s’annonce superbe

Tout doucement une barque glisse

Une barque sort.

 

La falaise est majestueuse

Fière de ses bâtiments

Sur la placette Saint Roch

Un vieux contemple la mer calme

Tout près de la côte

Le Diu Grossu et la Galère se parlent.

 

Depuis Saint François jusqu’aux 3 Pointes

Le temps a dû creuser

Ce front immense

Avec le vent et la mer déchaînés

Là-bas, derrière, de Cara Sciumara

Je vois déjà le soleil qui apparaît.

 

Saint Antoine, Quel endroit!

Avec son rocher percé

Avec l’Orca et sa vasque

C’est un magicien qui les a créés

En ce lieu la nature

A mis tout son génie.

 

Les Ratini approchent

Ils courent après Cavallo

Le Lavezu n’est pas loin

Et danse avec les oiseaux

Et on tombe sous le charme

La beauté est partout.

 

Sous le récif des Anglais

Nous avons trois chapelets

Tire, tire tes filets

Il y a plus de trente chapons

Les fonds sont comme brodés

La saupe et l’oblade luisent.

 

Les îles par beau temps

T’ouvrent les portes du paradis

Mais la tempête est mortelle

Ainsi est mon pays

Le plateau s’embrase d’or

C’est un monde fabuleux.

 

Aujourd’hui la pêche a été bonne

Nous démaillerons au retour

 

Alain Di Meglio

 

 

 

 

I venti messageri

 

Dì mi zà, dì mi zà, stela di tutti i venti

Dì mi tì chè ti và pè tüti i cuntinenti

 

U Libeci s’anunzia, mì vegnu d’Algeria

Hò vistu i bestii armai di cutili e spanzà

Doni, veci, garzuni u sangui chè scuriva

À mizu à l’inucenti r’hò intesu crià

 

U Livanti mi disgi là versu a Palestina

U populu spasimaiu è sempri in ginugiun

Anu amazzaiu a pasgi a guera è sempri viva

Metinu u fiogu e dopu preghinu u se Signù

 

U Gregali si lagna là in Iuguslavia

Hò vistu a nevi russa deria a priscisciun

Di u populu chè sufri gh’è fami è angunia

A morti drentu i campi, sufrenzi ind’i prisgiun

 

A tera è ün pasciali di lupi e di nucenti

a refica duman cosa ni purtirà

Dì mi zà, dì mi zà da i te cuntinenti

I venti messageri pè mì fà ri parlà

 

 

Dis-moi Bonifacio

Je veux l’entendre de tes Bouches

Dis-moi mes quatre vents

 

« Moi Libecciu meurtri je souffle d’Algérie

Je garde de ses lames

L’échos de ses blessures et le cri des enfants

 

Moi Livanti j’arrive plein de peine et de haine

Le vent de Palestine

Balaye l’Orient des intégrismes fous

 

Moi Grigali du Nord-Est de l’ex Yougoslavie

J’arrive des Balkans

Ma rafale en lambeaux dit la terreur des jours

 

Je viens de l’intérieur en bouffée de conscience

Muntesi, avec toi je viens me demander :

« De quoi seront-ils faits les souffles de demain ? »

 

Ciprià Di Meglio

 

 

 

 

 

 

 

F1000017

 

Les Bruzzi aux portes des Bouches de Bunifazziu .


 

SOURCES

 

  InterRomania - Puesia - Bunifaziu 2004-

 

http://www.interromania.com/