ÉVOCATION DE LA MER , MARCEL PROUST , LES PLAISIRS ET LES JOURS               

LA MER

 

"... La mer a le charme des choses qui ne se taisent pas la nuit, qui sont pour notre vie inquiète une permission de dormir, une promesse que tout ne va pas s'anéantir, comme la veilleuse des petits enfants qui se sentent moins seuls quand elle brille .
Elle n'est pas séparée du ciel comme la terre, est toujours en harmonie avec ses couleurs, s' émeut de ses nuances les plus délicates.
Elle rayonne sous le soleil et chaque soir semble mourir avec lui.
Et quand il a disparu, elle continue à le regretter, à conserver un peu de son lumineux souvenir,
en face de la terre uniformément sombre.
C 'est le moments de ses reflets mélancoliques et si doux qu 'on sent son cœur se fondre en les regardant.
Quand la nuit est presque venue et que le ciel est sombre sur la terre noircie, elle luit encore faiblement, on ne sait par quel mystère, par quelle brillante relique du jour enfouie sous les flots ..."

 

"... Elle rafraîchit notre imagination parce qu'elle  ne fait pas penser à la vie des hommes, mais elle réjouit notre âme, parce qu'elle est, comme elle, aspiration infinie et impuissante, élan sans cesse brisé de chute, plainte éternelle et douce.
Elle nous enchante ainsi comme la musique, qui ne porte pas comme le langage la trace des choses, qui ne nous dit rien des hommes, mais qui imite les mouvements de notre âme.
Notre cœur, en s'élançant avec leurs vagues, en retombant avec elles, oublie ainsi ses propres défaillances, et se console dans une harmonie intime entre sa tristesse et celle de la mer, qui confond sa destinée et celle des choses ...


Marcel Proust , les Plaisirs et les Jours

 

contrastes02

Sud Corse .