Jacques Brel - LA CATHEDRALE
Vidéo envoyée par bisonravi1987

 

Paroles et Musique: Jacques Brel   1977 "Les Marquises"

 

Prenez une cathédrale
Et offrez-lui quelques mâts
Un beaupré, de vastes cales,
Des haubans et hale-bas
Prenez une cathédrale
Haute en ciel et large au ventre
Une cathédrale à tendre
De clinfoc et de grand-voiles
Prenez une cathédrale
De Picardie ou de Flandre
Une cathédrale à vendre
Par des prêtres sans étoile
Cette cathédrale en pierre
Qui sera débondieurisée
Traînez-la à travers prés
Jusqu'où vient fleurir la mer
Hissez la toile en riant
Et filez sur l'Angleterre

L'Angleterre est douce à voir
Du haut d'une cathédrale
Même si le thé fait pleuvoir
Quelqu'ennui sur les escales
Les Cornouailles sont à prendre
Quand elles accouchent du jour
Et qu'on flotte entre le tendre
Entre le tendre et l'amour
Prenez une cathédrale
Et offrez-lui quelques mâts
Un beaupré, de vastes cales
Mais ne vous réveillez pas
Filez toutes voiles dehors
Et ho hisse les matelots
A chasser les cachalots
Qui vous mèneront aux Açores
Puis Madère avec ses filles
Canarian et l'Océan
Qui vous poussera en riant
En riant jusqu'aux Antilles
Prenez une cathédrale
Hissez le petit pavois
Et faites chanter les voiles
Mais ne vous réveillez pas

Putain, les Antilles sont belles
Elles vous croquent sous la dent
On se coucherait bien sur elles
Mais repartez de l'avant
Car toutes cloches en branle-bas
Votre cathédrale se voile
Transpercera le canal
Le canal de Panama
Prenez une cathédrale
De Picardie ou d'Artois
Partez cueillir les étoiles
Mais ne vous réveillez pas

Et voici le Pacifique
Longue houle qui roule au vent
Et ronronne sa musique
Jusqu'aux îles droit devant
Et que l'on vous veuille absoudre
Si là-bas bien plus qu'ailleurs
Vous tentez de vous dissoudre
Entre les fleurs et les fleurs
Prenez une cathédrale
Hissez le petit pavois
Et faites chanter les voiles
Mais ne vous réveillez pas
Prenez une cathédrale
De Picardie ou d'Artois
Partez pêcher les étoiles
Mais ne vous réveillez pas
Cette cathédrale est en pierre
Traînez-la à travers bois
Jusqu'où vient fleurir la mer
Mais ne vous réveillez pas
Mais ne vous réveillez pas

 


Brel

COMME UN MARIN JE PARTIRAI


Jacques_Brel

....Ses projets, désormais, n'appartiennent plus à la terre mais à la mer. Lui qui affirmait, dans "Rosa", avoir compris très jeune qu'il ne serait jamais Vasco de Gama, rêve à présent de se lancer à la conquête de ce dernier Far West qu'est le grand large. L'idée a mûri lentement, mais aujourd'hui elle prend corps. Parvenu à ce moment de sa vie, en effet, Jacques Brel - professionnellement parlant - n'a plus rien à faire. Il n'est plus chanteur, il n'est plus comédien, et sans doute sait-il qu'il n'écrira jamais ce roman qui le hante depuis longtemps et dont il a si souvent parlé dans des interviews. Il n'a certes que quarante-quatre ans, mais - qu'il l'accepte ou non - le voici retraité ; situation, bien sûr, qui ne correspond en rien à son caractère. Restent l'avion et le bateau : deux passions dont il n'a jamais imaginé qu'elles puissent se réduire à de simples loisirs. Et s'il a poussé très loin déjà sa pratique de l'avion (il vole désormais sur un bimoteur Beechcraft développant deux fois 260 CV : "la Rolls de l'avion privé", selon son ami Liardon), il sait qu'il lui reste encore beaucoup à découvrir en matière de navigation.

Aux premiers jours de novembre 73, quelques semainesà peine après la sortie de L'Emmerdeur, il s'embarque à bord d'un voilier charter, pour une traversée de l'Atlantique de deux mois, afin de se familiariser avec la croisière hauturière. L'expérience le séduit tellement que, sitôt rentré en Europe, il se met en quête d'un voilier et commence à organiser un départ qui, dans son esprit, sera sinon définitif du moins pour plusieurs années. Les événements se précipitent : en février 74, Jacques Brel achète l'Askoy II, long yawl noir à l'ancienne, découvert dans le port d'Anvers ; le 1er juillet suivant, il obtient son brevet de "Capitaine au grand cabotage", à Ostende ; et le 24 du même mois, il largue les amarres et met le cap vers l'aventure...

.../... Au départ, dans ce tour du monde que Jacques comptait accomplir, les Marquises devaient être une simple étape. Mais la longue et difficile traversée du Pacifique a fait naître en lui un irrémédiable sentiment d'hostilité à l'encontre de son bateau. Alors, il poussera jusqu'à Tahiti et quelques îles des environs, pour voir où ils pourraient éventuellement s'installer, puis décide de se fixer à Hiva Oa. Profitant du séjour à Papeete, il refait un bilan de santé. L'état de ses poumons est satisfaisant ; la maladie semble bel et bien jugulée. Pourtant, le climat humide des Marquises est le pire qui soit pour quelqu'un, comme lui, qui relève d'un cancer du poumon. Jacques l'ignore encore, mais lorsque des amis médecins l'en auront informé, il refusera d'en tenir compte...

( Source: http://www.chorus-chanson.fr/HOME2/NUMERO25/brelextraits225.htm)

.

Voilier_Askoy_Jacques_Brel

ASKOY II, Voilier de Jacques Brel

SAVE ASKOY II


http://www.askoyii.be/

 

BLOG ASKOY II: click here!

 

brel25

Il est des Hommes qui nous manquent, partis trop tôt, délaissant la Terre aux élites incapables, bouffeuses d'espoirs et deshumanisées