A_Eric_Tabarly


Hommage à Éric Tabarly

En souvenir de cet Homme et à  la Mer

qui le portera toujours ,

comme son ENFANT ,

j'écris  ce texte ,

quelques pensées très modestes

mais profondes comme chacune

de nos vies précieuses

et uniques que l 'Océan comble

au prix du grand Don ...

CRISTIAN le 29.04.2008


Meute_de_nuages

 

Un regard  suffit à faire le printemps  Ces matins

  Aux promesses heureuses confiées à l’océan

Le grand large demeure une aventure sans fin

  Une histoire d’amour dont le temps s’éprend

 

Et le vaste ciel du Marin solitaire

Danse le flot Jaillit l’ivresse  Souffle la risée

Tant d’ébats extatiques sur les mers déchaînées

A l ‘étrave du voilier  Sur la jetée il espère

 

  Ils ne font plus qu’un s'aiment et vibrent à l’unisson

La vague le vent les ont séduits qui partagent

  L' harmonie des mondes  mènent les sens  Le frisson

L’immensité fleurit  comble le Marin  O sillages 

 

Ils embrassent l’exil l’adieu  La foi en toute partance

Le voyage est un serment que la tempête scelle

Partir c’est mourir un peu quand la mer hèle

Le couple fidèle que rien n’arrête et qui s’élance

 

Toute traversée est un pari audacieux

La vérité cingle déferle rugit tonne et fracasse

  Manœuvres ou ouvrage 

Que de certitudes que les lames dépassent

Quand l’improbable trahison happe un destin malheureux

 

Des abysses le Marin cerne l'azur gagne l’horizon

Il reçoit de l'immensurable l’éternité ou l’instant

Au fil de l'eau vive  La longue houle est folle déraison

Un univers d’errances et de rêves incessants

 

Pour mieux unir la mer silencieuse distance

  Vie libre ou sans frontières  Ultime espérance

Le pacte consenti brille  Phare ou destinée

Au firmament  grandit l'Amour éthéré

 

La vaste plaine marine gravit les cieux

  Irrémédiable retour que le matelot côtoie

Le large est absence La paix du grand bleu

Bercées pour toujours Sous un dais de soie

 

Tu habites l’écume  l’embrun lumineux

Ta souvenance enfante la joie Dresse les pavois 

La haute mer perpétuelle renait comme un plain- chant 

  Ravit les enfants uniques qui vivent votre foi

§

5  ème Ecriture le 20.04.2012