Des semaines de vents d'Est oscillants dans les golfes et les baies sous le vent de la Côte Ouest, une mer plate, du clapot, le plus souvent grisâtre, éteinte; et les goélands lancent leurs chants plaintifs au ras du sillage .

Vers Roccapina et l'Erbaghju, le Levante se déchaîne. Il prend le matin une composante Nord-Est, dévalant en tourbillons les versants Nord et Nord-Ouest du Massif de Cagna puis il s'engouffre dans la profonde vallée esseulée de l'Urtulu. Les fortes rafales hissent des trombes d'embruns qui ressemblent à des feux follets vaporeux et évanescents. Elles creusent depuis le fond des âges les Tafoni du Cap Roccapina sous le regard majestueux et altier d'un stylite légendaire, le Lion de granit .

En contre bas, la rivière secrète et les monts de rochers ont saupoudré la paupière de la terre de fards dorés, soulignant le regard pers de la mer qu'ils maquillent chaque matin. Le temps s'immobilise, inondé d'argent et d'étoiles de mer. L' antique troupeau allongé et les petits veaux couchés sur la dune semblent méditer comme d'impassibles effigies ruminant tous les délices du printemps, gouttant insouciants, l' invitation à la vie

...

 

EST_

Bords immenses tirés entre Fenu di Bunifazziu et la Testa par fort vent d' Est. A l'Est du Cap Roccapina, nombreuses ont été les navigations en 3.2 m2 alors que sur la Côte Est de l 'Île de Corse, le Levante ne dépassait pas la Force 4 Beaufort !!!

Marin

2 ème Ecriture, le 20.08.2011