Alcudina

Massif Corse

 

Le cycle de l'eau nous conduit tout naturellement des plus hautes cimes vers la mer. Je rêve souvent d'investir les airs, munis d'un Parapente ou d'un Snowkite. Je caresserai les cieux, je me baignerai dans un océan d'azur et de gouttes d'eau si légères .
Les états de l'eau fascinent, étonnent toujours. Et c'est dans la froidure d'un matin, figée, délicate, comme une chevelure, une cascade dans sa course éperdue vers les rivages, rendue à la mer, que le voyage de l'eau s'emplit lentement de mystères.
Elle recouvre les montagnes, aussi légère que l'air et déroule à l'infini une mer de glace. Ses vagues blanches et abruptes montent à la rencontre du bleu cobalt des cieux, vêtent les tours de granit d'un voile que le vent étire, immobilise.
Sur les crêtes, l'eau virevolte en cristaux vaporeux. Avec les torrents, elle s'attarde et sculpte au fil délié de chaque larme de ravissantes consolations, toutes les joies d'un bijoux éphémère qui perle à la source de l'émerveillement!

Eau mélodieuse, blanche et bleue, tu ravis l'océan et le ciel des jours enfuis. Tu fondes les îlots d'un temps à retenir, à rattraper comme un songe de pierres précieuses.

Après avoir abreuvé les hommes, la terre et les animaux, l'eau retourne à la mer salée. Là, elle invente, elle imagine un étrange univers fait d'immensités, puis revient, comme une éternelle promesse au cœur des saisons couvrir nos plus beaux sommets.

Ce jour là, une biche enjamba le torrent et regagna la montagne dans le silence feutré de l'eau poudreuse et de l'émulsion des gorges et des ravins... Elle ne connaîtra pas la mer, mais elle saura aisément l'imaginer en regardant l'azur

!

2 ème Ecriture le 6 Mai 2011

.

Asinao_1

Asinao_2

Asinao_4