Un fort coup de vent froid, comme l'hiver qui n'abdique pas ! Des éléments déchaînés tourbillonnent et rêvent d'îles bleues .
La mer séduit les rivages échancrés osant au milieu des rochers, à l'orée du  printemps de sublimes transparences émeraudes et le perpétuel renouveau.
Les ailes de l'oiseau et du marin jouent avec le vent. Elles le dessinent à souhaits. Les délires d'un enfant tracés dans les ciels et tous les moutons blancs, des nuages d'écume volent au-dessus de la côte effrangée .

Il flotte à la limite des mondes un espoir d'immortalité ! Autant en emporte le grand ballet des mages de la nature. Le souffle de la mer y élève une ode vitale dans l'unissonance et la blancheur des flots tempétueux

...


Temp_te_b

MARIN