Mot fourre-tout, locution péremptoire ou obsolète devant la course absurde du progrés ou de l'évolution, on ne sait plus quoi penser face aux saisons qui valsent, aux moussons qui remontent, aux hivers qui s'enfuient et aux sautes d'humeur d'un climat qui ne ressemble plus à rien ! Il faut maintenant s'y habituer pour ne pas dire se résigner tant les atteintes à l'environnement et surtout à l'atmosphère sont préjudiciables à l'avenir de notre Planète Bleue.

Alors, d'un petit coin d'Île perdue au milieu de la mer, j'observe et je me dis aussi que Septembre a décidé de migrer vers les Tropiques, dans une langueur et une torpeur inabituelles ...

Voici quelques nuages relatant dans le Grand-Sud une journée d'orages mémorables, violents, où trombes et débuts de tornades étaient à l'honneur, sans oublier des impacts de foudre d'une rare intensité, du littoral vers l'intérieur. La Région a déploré de sérieux dégâts sur les réseaux électriques, téléphoniques et informatiques.

Mais si ces phénomènes sont de saison et puisent leur énergie d'une mer et d'un sol très chauds, des premières descentes d'air froid accompagnées de remontées d'air Saharien, il n'en demeure pas moins que la durée sur lesquels ils s'étendent est anormale, annihilant tout régime d'Ouest qui à cette époque témoignait déjà du retour d'un Automne conforme et bien marqué.

Il nous reste à contempler des cieux étranges, des nuages hydres, des colonnes colossales se dressant dans les airs avant de s'abattre en déluges très localisés sur nos habitations et la campagne, jusqu'au bord de la mer.

 

Apr_s_l_orage


Cumulonimbus

.

DSC03558