L'automne  blottit ses pensées, hautes en couleurs ; de pierre et d'eau, qui s'enfuient à perdre haleine aux confins d'un  temps figé. Le marin s'évade et de dérades en cavales gagne les cieux. La mer en guise de ciel, le ciel en guise de mer, voici l'instant des noces ; le corps en esprit s'accorde quelques rares privautés...
Évanescences des  humeurs lumineuses du jour et de la brise, voici  la mer polyphonique, tant prodigue. Je me noie dans son immense regard et je vois comme un mirage d'Île ailée flotter  dans le ciel.


...

2 ème Ecriture le 15 Mai 2011

3 ème Ecriture le 20.01.2014

La_mer_et_la_roche