DSC03949_1_

.

J 'observe, je lis et regarde attentivement de nombreux Sites Web relatifs aux Prévisions Météorologiques, j'essaie aussi de comprendre... Difficile de se fier à tous ces modèles Météo qui se contredisent et balbutient ou reconsidèrent sans cesse leurs Diagnostics!
En effet, depuis plusieurs jours, les annonces de changement de temps, de flux et de régimes n'en finissent plus d'osciller, de s'envoler à la hausse, d'être revus à la baisse, de reculer dans le temps, de chercher l'origine et la tendance des courants de l'Atmosphère. Il est vrai que les grands Centres Permanents sont encore en Vacances, voyagent, se trouvent là où on ne les attend pas en cette saison... Les  vents de Sud persistent, indécrottables, avec leurs cortèges de poussières célestes dont on ne peut  que douter de la composition aux abords des villes.

Il ne s'agit pas d'incriminer qui que ce soit, de mettre en doute les compétences avérées de nos Métérologues. Mais convenons tout de même que l'Atmosphère déconne à plein tube !!!

Ces Températures très hautes pour la saison, ces Horizons bouchés et tourbes, ces voiles et ce ciel sans clarté ne peuvent demeurer sans explications. Une masse d'air et de Gaz qui semblent inamovibles, des nuages en dalles, d'altitude qui vont et se désagrègent en quelques minutes, des Précipitations violentes soudaines et malgré tout rares. Le Barrage de la Corse du Sud s'est quasiment vidé depuis les pluies de Septembre 2009.

Alors, à quand la prise en compte, dans les études, dans les Prévisions et dans les Modèles Météo, de ces données Humaines, technologiques et industrielles, de ces milliards de Tonnes de Gaz rejetés à tous les étages d'une Atmosphère qui sature ?

On dira que l'Été n'en finit plus de s'étendre, que l'Automne n'est plus qu'un souvenir et une saison déchue dont seule la Montagne en protège encore les richesses, que l'Hiver arrivera comme un boulet de Canon, avec des vents Tempétueux, ses frimas brutaux et son lot grandissant de catastrophes naturelles, de fortes marées.

Il est à craindre, dans les jours à venir, après ce marasme et ce marais barométriques,  - aux vrais sens des termes - un épisode vraiment très colérique de la Mer-Nature.