Comment innover avec de l'ancien ?

1hded

 

M56 / A Tunara Reef

 

Conditions

Nous sommes dans les années 2000, un bon Single 2.60 x 0.53 - 70 Litres - Made in Pedro Bracar Shapes Sun-7. Un bon vent d'WSW souffle sur l'Outside Reef de A Tunnara, très propice aux envolées No Limit ! La rampe qui se présente est massive, pas trop verticale mais haute et rapide. Je navigue en Voodoo 4.5 m2.

Il n'en faudra pas plus au M56 pour envoyer ce Table, bien que l'orientation du vent et de la houle place les vagues encore trop parallèles à la trajectoire du flotteur. J'allai donc chercher l'envol en lofant un bon coup, ralentissant par là ma vitesse et bridant un peu la hauteur du Jump, l'ampleur du retourné du corps qui ne parvient pas à la verticale !

En effet, pour ce style de figure, un tremplin de 0.50 m suffit à propulser très haut, pour peu qu'on le prenne à pleine vitesse et bien de face, avec un léger lof qui servira à placer le flotteur et à neutraliser la voile à plat au sommet du Jump.

Les Points d'appuis dynamiques

Ils résident dans le jeter " du perchiste ", ce renversement du corps alors que le jumper est en pleine vitesse, envol, ascension. Il en profite alors pour placer et orienter le flotteur bien en travers du vent réel. A lui de doser l'amplitude du Tweak, c'est à dire de prolonger la montée du bassin lui autorisant dès lors de piquer de la spatule vers l'eau, en situation de jeté antérieur - c'est du plus bel effet -

Les mains écartées lui permettent aussi de bien s'appuyer sur la partie antérieure du gréement alors que la main arrière reste légère et contrôle la neutralité de la voile placée dans le lit du vent et bien à plat ; c'est là son deuxième point d'appui. Le bras avant très bien replié, il fixe le gréement près de l'épaule, le rider peut compter sur ce point d'appui !

Un Table Top bien maîtrisé se solde par une posture 100% retournée, tête en bas, terminée juste avant l'apogée du saut et, qui se remarque à la durée prolongée, à la fixation de cette posture juste avant le point mort du jump et jusqu'au début de la descente. Ce temps d'arrêt, comme un retard, témoigne de la maîtrise parfaite du Move

Reposer

 

Quant à le reposer dans les règles, tout dépend du contrôle du Gréement et surtout de la Trajectoire. Trop à l'abattée, il en résultera un lâcher prématuré de la main arrière, trop au lof, ce sera une gifle dans l'eau et un Waterstart impossible ; une hauteur déraisonnable exigera du Rider d'enclencher plus tard cet appui dynamique et le placement renversé afin de le maintenir sur une bonne partie du retour. C'est un exercice engagé et périlleux qui nécessite une fixation de l'ensemble sans faille et surtout un excellent repérage dans l'espace.

Les risques

Reposer à plat et casser sa planche - partir trop au lof et dégager en Back loop - Barrel roll avec de sérieuses complications - trop abattre et se dépêtrer du matos pour ne pas chuter dedans

 

A SUIVRE, LES VARIANTES DU TABLE TOP