20_02_201046



Découvrez ces Images sur une Musique d'Afro Celt  Sound System

Appréhension mythique, quasi onirique de l'espace et des airs, audaces éployées vers les cieux devenus soudain plus lumineux. La glisse tractée, fille du vent, née des flots et de la vague s'arroge toutes les fantaisies et le génie de l'enfance retrouvée, des  jeux embusqués vers un coin de paradis qu'il nous revient de révéler, de protéger.

Les roseaux s'agitent, s'inclinent comme les pensées qui passent et traversent les siècles... " Le roseau pensant " a percé les secrets du vol libre ! Il n'aura pas fallu aller bien loin dans les investigations ou l'imaginaire. L'envol d'un oiseau, les décrochements de ses ailes divines dessinées dans la rafale donnaient à rêver, à vouloir et à conquérir les cieux aux périls de milliers de vies audacieuses. Aujourd'hui, c'est chose faite !

La brise monte et le soleil décline, ils sont tombés d'accord... Postérité de la nature, même en été, encore préservée et vierge, euphorie palpable au bord du chemin d'errances, là même où il y a quelques décennies s'aventuraient mulets et charrettes chargées de nécessités !
Le vent moite s'engouffre vers le fond du golfe ; dans le ciel, des ailes multicolores dansent et volètent comme des papillons, des cerfs-volants ; insouciances, candeurs virevoltant et bravant la fuite des jours essentiels !...

Quelques liens, des lignes invisibles tissent la cour de re-création palpitante d'un jour à part, suscitent l'émerveillement et surtout la joie intense de porter le souffle et le vent à bout de bras, de se sentir soudain léger et affranchi de tout le poids du monde d'une seule et docile inclination de la barre et d'une pression légère de la main...

C'est le Kitesurf ! une pratique d'un autre millénaire, une toute autre approche de la glisse tractée où l'homme tutoie les cieux en projetant un croissant de lune à la face des nuages, ses gerbes insolentes aux visages étonnés des vagues.

Le " glisseur ailé " s'allège, bondit, ose et saisit très vite la donne et les règles d'un jeu envoûtant, s'octroyant dans l'échiquier céleste ces libertés transparentes et éthérées, d'autres espérances.
Nominativement, un à un, le maître d'école contrôle l'évolution des jeunes oiseaux, leurs premiers envols, assiste aussi à tant d'émois. Car lorsque l'on a goûté une seule fois à la traction, à l'attirance du vent matinal venu déployer l'aile libre, emmené à la conquête des flots et des grands espaces bleus, quand l'être se déplace debout sur l'eau et marche en glissant, ceint d'azur, alors, il y a de grandes chances à le voir changer ses perceptions du vivant, son approche de la nature et des éléments, ses rapports aux mondes.
Une aile, c'est tout le ciel et la lumière dans les yeux, toutes les couleurs de la vie et des saisons que l'on respecte jusqu'à la plus petite fleur des dunes, un ballet au cœur des cygnes, le partage incessant que les éternels enfants se font d'un immense terrain d'aventure, d'une Île tant aimée.

L'aile est là pour ravir un moment toutes les pesanteurs de l'existence ; dans la vague, elle s'évertue à conduire, à oublier toutes entraves de chair. " Avec Aile ", l'aura du vent, on perçoit au chœur de l'énergie magnifique, comme un souvenir impérissable, le pouls et la respiration profonde de la mer et de l'océan, on esquisse dans le ciel un coin de paradis, un moment de bonheur visité ailleurs




DSC06664_2_