" ( ... )  Au large des mers il est des destinées brûlantes vouées à une île qui n'existe pas. Ils chantent, ceux du navire, le cantique de l'île et s'en trouvent heureux. Ce n'est point l'île qui les comble mais le cantique. Je ne demande donc même pas, Seigneur, que cette demeure soit quelque part  ( ...)


Prière de la Solitude
CITADELLE
Page 305
Édition/  Gallimard / nrf 1949


DSC_6999