DSC00446_1_

 

L' ORCHIS LACTEA - GRAND SUD ÎLE DE CORSE - 28 . 02. 2011 -


DSC00444_1_

 

Aprés une sortie en mer au vent ou à la pluie, comme il est agréable de longer le rivage vierge de l'Île tout en flanant lentement vers Mars. On y devine l'élan des vagues, la poussée de la houle d'hiver et l'usure des flots aux seuls stigmates figés des pierres dénudées ou polies par l'érosion, par le sel et tous les éléments réunis. Vers les pointes et les Caps, la végétation a été balayée par des vagues dont on dit qu'elles sont alors plus hautes.

Le maquis tombe et s'arrête brutalement au-dessus de l'azur. Il se reflète pleinement sur le miroir de l'eau, offrant avec les fonds une suite de camaïeux et de dégradés tirant sur le vert tandis que vers le large, la mer et le ciel s'arrogent d'autres lavis bleus.

Puis, au détour d'un chemin, à l'ombre toute matinale et fraîche du buisson empli de rosée, des halliers, dans l'herbe et les jeunes pousses, surgit une fleur rare, subtile, délicate :

Une Orchis Lactéa, tout au plus trois à quatre pousses qui s'abandonnent au soleil, se parant de tous les atours de la virginité et de la pureté. A quelques pas, la mer écumeuse et odorante lui donne l'accolade mélodieuse...

Rencontre insolite au royaume du symbole et de la pensée qui éclosent au diapason d'un seul printemps. Au large, un bouquet d'Îles habite la mer ; les vents ont emporté là-bas quelques unes de ces pensées bercées de ciels que l'âme seule de l'oiseau couve de ses ailes.

Nous avons bien du mal à marcher ; il faut éviter des centaines de petites fleurs qui nous reviennent du long sommeil de la terre. Le limon attièdi cède. La floraison envahit le petit sentier littoral

...

 

DSC00448_1_

 

DSC00452