DSC00306_2_

 

Le principe - si l'on peut s'exprimer ainsi en ce domaine - est bien de se munir de la Planche de Vague qui convient( Conditions ) ;

- De ne pas se planter sur la Météo - Exit Météo-France et les Modèles, après la tendance générale !

- D' voir réalisé, mémorisé par photographies une grande partie de la Côte au cours de fréquentes marches ;

De décrocher, quand bon vous semble vers une Pointe, un Cap, l'entrée d'une Baie et surtout d'aller cueillir quelques vagues esseulées, travailler sur un Glacis inattendu, une descente à grande vitesse, envoyer un Move - pourquoi pas ?  Se sentir aussi libre que le vent et l'onde, tracer sa route, être prudent, savoir que l'on peut baigner longtemps et l'assumer pleinement, jusqu'au bout de l'issue...

Attention, ce n'est pas un conseil donné, mais un seul témoignage, comme le ferait un grimpeur en solo, un solitaire, un Kayakiste

 

CLIQUER SUR LES GRANDS FICHIERS IMAGES ***

 

* COTE_EST_ 

 

PRESENTATION PARTIELLE

 

Aucune mesure, pas de chiffre ! Que le Temps et ces bleuités passés à courir le flot, la pente et parfois aussi, aller chercher la vague ! Il faut un appareil avec un Zoom très puissant, placé en mode numérique ! Aussi, la qualité est médiocre, le Film, ne sortirait pas non plus - Bien trop Loin - A moins qu'une Go-Pro HD - ne vienne équiper un Casque...!

 

C'est une nouvelle Catégorie,

ouverte dans Corsica...GO56

!

 

** ENTRE_DEUX_CAPS

 

Il n'y aura aucune mesure de temps à afficher, de record, encore moins de course et de classement ! J'en ai bouffé toute ma vie professionnelle pour me dire que cela ne mène nulle part, si ce n'est la satisfaction d'être premier ou devant l'autre ; cela ne me concerne et ne m'a jamais concerné malgré le boulot que je traîne encore - aucun intérêt !

Mais dans cette Catégorie, qui s'assimile en partie à  : " Aventure Windsurf ", je préfère vous parler d'une rencontre avec une tortue marine, un dauphin, un vol d'oiseaux inconnus qui migrent entre deux caps très distants l'un de l'autre, de saisons et de leurs lumières. Alors, au départ et à l'arrivée, j'ai droit à un petit cliché ... Après, je suis seul, je ne peux être suivi !

Un sac dans le dos, avec le nécessaire ... Mais avant tout matériel, c'est le bonhomme qui doit être prêt, physiologiquement, mentalement, connaître les points de réchappe tout le long de la côte parcourue. Savoir qu'un bord sera abattu, long, que parfois au bout, il y a aussi une session Vagues à la clef et qu'il faudra revenir en louvoyant pendant un temps très long ...!

C'est ainsi qu'il m'est arrivé un jour - il y a longtemps - de naviguer tout le jour sans toucher terre, subissant des phases intensives sur fond d'efforts de longue durée.

Cela se prépare et se travaille, ne s'improvise pas et parfois aussi se risque, parfaitement en conscience ! Alors, me diriez-vous, pas seul ? Certes ! J'attends toujours un compagnon de bordée qui souhaite partager près de 80 Milles, non stop, vers ces paradis d'azur que nous offre cette Île à part.

Et quand l'hiver déraisonne, la tramontane me pousse vers des vagues sublimes, alors je me dis que la longue distance en planche de vague, c'est aller découvrir à perte de vue la glisse, la courbe, l'exaltation de l'espace, l'ivresse du grand bleu, le vertige des montagnes qui brisent au large, la liesse de centaines d'oiseaux qui vous accompagnent sans relâche et finissent par vous reconnaître !

La longue distance devient poésie, charme, l'épreuve du funambule entre deux points indissociables, un regard nouveau posé sur la terre et les cimes enneigées.

Au fil d'autres articles, j'évoquerai quelques points relatifs à la Longue Distance, la Préparation du Matériel et surtout celle du Bonhomme, quelques dérisoires notions de " survie " - On ne survit par à la mer ! -

En attendant, voici trois clichés, au départ de quelques Raids Hivernaux, Estivaux passés qui laissent des souvenirs inoubliables, un parfum d'Îles, loin du lieu commun

 

 

*** DEPART_OUTSIDE_REEF_