Évocations effrayantes des colères de l'atmosphère ! Entre récit et croyances, Jules Michelet excelle dans l'Art du témoignage... Frissons dans l'azur des marins.


Tombe_9

 Puissante Trombe Marine devant Portu Novu - Extrême-Sud Corse !


 ( ... )

La trombe parfois vous prend en rade. En 1698, le capitaine Langford, au port et bien ancré, vit la trombe venir et sur-le-champ partit, se mit sous la protection de la mer. Les navires plus prudents restèrent et furent brisés.

A Madras et à la Barbade, des signaux sont donnés pour avertir les vaisseaux à l'encre. Au Canada, le télégraphe électrique, plus prompt encore que l'électricité du ciel, fait circuler de port en port l'avis de la tempête qui doit aller de l'un à l'autre.

Pour le marin en pleine mer, le baromètre est un grand conseiller. Sa sensibilité parfaite révèle les degrés précis du poids dont l'orage l'opprime. Muet d'abord, il a l'air de dormir. Mais un léger coup l'a frappé, coup d'archet qui prélude. Le voilà inquiet. Il répond, vibre, oscille ; il se replie, descend. L'atmosphère élastique, sous les lourdes vapeurs pèsent, puis tout à coup rebondit et remonte. Le baromètre a son orage à lui. Des lueurs de pâle lumière lui échappent parfois du mercure et remplissent son tube ( Péron l'observa à Maurice ). Dans les rafales, il semble respirer. " Le baromètre à eau, dans ses fluctuations, disent Daniel et Barlow, avait l'haleine, le souffle d'un animal sauvage. "

Elle avance pourtant , la cyclone, et parfois franchement, s'illuminant dans sa vaste épaisseur de toutes ses lueurs électriques. Parfois elle s'annonce par des jets, des boules de feu. En 1772, au grand ouragan des Antilles, où la mer monta de soixante-dix pieds, dans le noir de la nuit, les mornes rivages s'éclairèrent de globes enflammés.

L'approche est plus ou moins rapide. Dans l'Océan Indien, semé d'îles et d'obstacles, la trombe ne fait souvent que deux milles à l'heure, tandis qu'au courant chaud qui nous vient des Antilles, elle se précipite à raison de quarante trois milles. Sa force de translation serait incalculable si elle n'avait en elle-même une oscillation sous la lutte des vents du dedans, du dehors.

Lente ou rapide, sa frayeur est la même. En 1789, il suffit d'un moment et d'une lame pour briser dans le port de Coringa tous les vaisseaux, les lancer dans les plaines ; seconde lame, la ville est noyée ; à la troisième, elle s'écroule, vingt mille habitants écrasés. En 1822, au contraire, aux bouches du Bengale, on vit la trombe, pendant vingt quatre heures, aspirer l'air, et l'eau monter d'autant. Et cinquante mille hommes engloutis.

L'aspect est différent. En Afrique, c'est la Tornada. Par un temps calme et clair, on sent de l'oppression à la poitrine. Un point noir apparaît au ciel, comme une aile de vautour. Ce vautour fond ; il est immense ; tout disparaît, tout tourne. C'est fait en un quart d'heure. Terre dévastée, mer bouleversée. Du vaisseau, nulle nouvelle. La nature s'en souvient plus.

Vers Sumatra et au Bengale, vous voyez vers le soir ou dans la nuit ( point au matin ), se faire un arc en haut. Dans un moment il a grandi, et de cette arche noire descendent, sur une lumière terne, des nappes de tristes éclairs pâles. Malheur à qui reçoit le premier vent qui sort de là ! Il peut sombrer, être englouti.

Mais la forme ordinaire est celle d'un entonnoir. Le marin qui s'y laisse prendre dit : " Je me vis comme au fond d'un cratère énorme de volcan : autour de nous, rien que ténèbres ; en haut, une échappée et un peu de lumière. "C'est ce que l'on appelle techniquement l'oeil de la tempête.

Engrené, il n'y a plus à s'en dédire ; elle vous tient. Rugissements sauvages, hurlements plaintifs, râle et cris de noyade, gémissement du malheureux vaisseau, qui redevient vivant, comme dans sa forêt, se lamente avant de mourir, tout cet affreux concert n'empêche pas d'entendre aux cordages d'aigres sifflements de serpents. Tout à coup, un silence... Le noyau de la trombe passe alors dans l'horrible foudre, qui rend sourd, presque aveugle... Vous revenez à vous. Elle a rompu les mâts sans qu'on en ait rien entendu.

L'équipage en garde longtemps les ongles noirs et la vue affaiblie ( Seymour ) . On se souvient alors avec horreur qu'au moment du passage la trombe, aspirant l'eau, aspirait aussi le navire, voulait le boire, le tenait suspendu dans l'air et hors de l'eau, puis  elle le lâchait, le faisait plonger dans l'abîme.

En la voyant ainsi se gorger et s'enfler, absorber et vagues et vaisseaux, les Chinois l'ont conçue comme une horrible femme, la mère Typhon, qui en planant au ciel, choisissant ses victimes, conçoit, s'emplit et se fait grosse, pleine d'enfants de mort, les tourbillons de fer ( Keu Woo ).

On lui a fait des temples et des autels. On la prie, on l'adore, dans l'espoir de l'humaniser.

                                                                                                  

       Jules MICHELET ( La Mer )

Extrait de l 'Homme devant l'Océan, Proses de mer présentées et commentées par R. VERCEL - Durel Editeur / 1949

ex_voto_72


Cette peinture, qui représente une goélette du nom de Cariñosa prise dans un ouragan, est un exemple de la collection d’ex-voto marins que conserve le musée de Barcelone. Elle a été conçue par Jose Pineda, l’un des meilleurs peintres maritimes espagnols.