L'adepte du Tao, en prenant conscience de la beauté parfaite de l'univers, atteint la compréhension. 

LAO TSEU

Le progrès, c'est là notre chimère, il est le rêve de notre siècle tout comme celui de la résurrection des morts était celui du X è.

Arthur SHOPENHAUER

 

DSC03669_1_


L ' IMPACT DES PRATIQUES ET DES SPORTS NATURE, DROITS ET DEVOIRS DES ADEPTES DE L'EXTRÊME

 

C'est une Libre Opinion - ENVIRONNEMENT - que je tenterai de développer ces jours-ci dans le but d'apporter une touche personnelle, une contribution à la préservation, à la protection de notre environnement d'une part, sans omettre d'autre part tous les corollaires inhérents à cette démarche : la beauté et l'authenticité des sites, évoquant par là aussi leur légitimité souveraine et remarquable !!!

La conduite à tenir, la prévention, la mise en valeur aussi qui seraient en phase avec l'essor des pratiques sociales et culturelles restent un vaste chantier, un challenge essentiel, la problématique environnementale de demain si l'on souhaite transmettre aux générations futures ce que nos anciens nous ont légué par le passé :

in i tempi landani, in Corsica Tandu

!!!


EN PREAMBULE


La pratique des Activités en pleine nature seraient-elles l'expression d' un éveil, le ressouvenir d'expériences ancestrales ancrées dans le phylum génétique, codés comme l'information le serait au fil de la chaîne ADN interminable qui nous oriente ? D'où proviendrait cet attrait irrésistible vers l'extrême, le beau, l'authentique, ces espaces dénués de toutes autres vies hormise celle de l'animal, l'ancêtre antérieur à l'hominidé ? Quelle est cette énergie, cette détermination qui meut des centaines de milliers de citadins lors des ruées estivales vers l'or bleu, vert ou blanc propre à chacune des saisons ?

Comment ce besoin d'arpenter ces espaces vierges naît-il en nous, ciblant mille destinations et espaces dont on rechercherait les dernières parcelles de vérité, de cet état de nature primitive où l'homme enfin se ressource, imagine la vie sous d'autres aspects, revenus à la simplicité, au dénuement ou à la satisfaction la plus élémentaire de ces besoins fondamentaux qu'il sent vibrer en lui dès la plus tendre enfance.

L'enjeu est de taille, il lui faut faire face au milieu devenu inhabituel, parsemé d'imprévus tandis que croissent incertitude, risque, goût de l'épreuve, le jeu, la mort aussi que l'on défierait au fil des risques encourus et surmontés.

Ces épreuves vécues au cours de l'existence, choisies aussi librement et en conscience se doivent de cadrer avec les richesses intouchables de l'état originel de nature ; en effet qui s'autoriserait sans faillir à son éthique à dégrader le milieu, l'environnement à l'origine de ces ébats éthérés lui offrant quelques heures de délires et de dépassement de soi ? Entre passion et motivation, entre amour et fraternité, l'homme trouve à l'encontre du terrain d'aventure l'occasion d'accompagner les desseins originels de la nature, du moins y tendrait-il, reconsidérant ses rapports aux mondes sous d'autres auspices...

D'autre part, ces appétences envers le milieu originel ne sont -elles pas aussi l'occasion de réhabiliter la légitimité de l'Environnement avec la force de persuasion des médias actuels afin que de tels engagements constituent une prise de conscience accrue du Milieu menacé par le progrès. Si là n'est pas le but recherché au premier abord il n'en constitue pas un moins un excellent moyen pour y parvenir.

En ce sens, ces pratiques culturelles et de consommations des biens spécifiques s'avèrent être d'importants leviers sur la voie de l'écologie, de l'adaptation de l'activité humaine aux exigences de la Nature, de l'avenir.

Il serait souhaitable, qu'à travers l'univers illimité de ces pratiques, il se dégage une Charte du respect de la Vie et de l'Environnement, dont chaque adepte en observerait tous les principes directeurs, chaque point essentiels capable de les organiser

...

LE CHALLENGE


Un Défi Économique et Éthique pour l'Homme et la Nature au niveau de la Société de Consommation et à celui du Pratiquant


_ En effet, l'essor de ces pratiques a pour corollaire l'explosion d'une Industrie des Macro-Mollécules, des Composites et de divers produits très polluants de l'Industrie Chimique ; comment en limiter les Impacts, accélérer le recyclage des déchets ?

_ Que faire de tous les matériels obsolètes ou hors d'usage abandonnés par leurs détenteurs ?


 _ Comment concilier ces Pratiques et la Préservation, des Terrains d'aventures cibles à grande échelle, sachant que tous les moyens mis en oeuvre pour y parvenir présentent des risques pour l'Environnment ?

_ Garder à l'esprit que ces Pratiques constituent aussi de véritables intrusions dans l'univers sensible du règne Animal et Végétal et comportent donc des dangers, des risques à son encontre ...

_ Enfin, et cela se vérifie chaque jour un peu plus, ces pratiques s'avèrent être de véritables moteurs de l'économie et de la diversification des biens de consommations de loisirs ; le marché est bien là, qui l'atteste, tentaculaire et toujours plus alléchant.

Nous le voyons bien, sous les meilleures auspices et dispositions à une Vie Pleine Nature recouvrée, le pratiquant s'inscrit dans une chaîne infernale, malgré lui, de Production / Consommation / Pollution / Dégradation de son propre Environnement ...

 

Enfin, la démocratisation et l'accés au plus grand nombre à ces formes de loisirs actifs représentent un cumul et une exacerbation de toutes les formes nuisances portées à l'Environnement, du pôle Macro-Économiques à celui du Pratiquant sur le terrain !


COMMENT SORTIR DE LA CRISE DE CE DILEMNE INFERNAL ?


Il serait envisageable et même souhaitable de s'inscrire dans une Charte des Droits et des Devoirs de la Société et de l'Adepte capable de circonscrire et surtout de prévenir toute ingérence néfaste à l 'Environnement. Bien entendu, ce qui prévaudrait ici, le serait tout autant à tous les niveaux de l'organisation et de la production de nos sociétés de haute consommation. Mais il faudrait aller plus avant, plus en profondeur, toucher davantage l'Individu en tant que Maillon essentiel de cette Chaîne de la Solidarité envers la Nature, en tant aussi qu'éclaireur sensible des dégâts que tout un système porte et afflige à notre cadre de vie, conscients que nous sommes souvent mais tout autant et péniblement impuissants.

Il est vrai, qu'en des circonstances d'oubli de la vie trépidante et quotidienne du labeur, il est difficile de se voir grever de telles préoccupations, de telles inquiétudes supplémentaires plus que défaitistes au sujet de l'Environnement, mais sans cela, toutes les tentatives d'alertes, tout changement de mentalité et d'approche du milieu naturel seraient vains ou resteraient plus que limités, inopérantes.


Nous évoquerons Droits et Devoirs dans cette dialectique incontournable qui les fondent et les rendent indispensables, complémentaires, impossible les uns sans les autres !

Pourquoi ?

Il ne suffirait pas d'imposer des Devoirs sans Droits ; nous irions à la Révolte et l'exaspération. Les Droits sont aussi constitutifs d'une certaine notion de la Liberté que ces pratiques véhiculent en leur essence même, leur raison ou cette déraison d'être.

La Nature est ce jardin fantastique que la création orne et pare sous nos pieds, elle est cette invite incessante vers la beauté, l'authenticité, l'étant de pureté qui engendre et encense la vie ...

Quant aux Devoirs, ils découlent tout naturellement de cette prise de conscience, de cet attachement viscéral envers la Nature et que nous louons. C'est un Pacte duquel découle une allégeance sans faille à la Préservation, l'intégrité, la souveraineté, la légitimité même de la Réalité Environnementale.

Et là,dans ce domaine, celui ou celle qui s'aventure porté par la maîtrise d'une pratique de pleine nature, s'avère être le garant, le témoin, le défenseur de tous les devoirs qui nous incombent !

Ils peuvent aussi peser très lourd dans la balance des enjeux économiques, des choix de société en matière environnementale et ne pas demeurer dans les sphères individuelles et limitées d'une simple consommation hédonique d'un bien culturel ou d'une mode prisée ...