« Mourir, c'est ne plus entendre cette musique chaude qui maintenant s'élève ; ne pas l'entendre des doigts de l'amour.

C'est ne plus entendre cette mer qui bruit avec la musique, le silence qui écoute, de la lune ; ne pas les entendre des doigts du mutisme.

Ne plus entendre ce que la douleur clame avec l'amour, ce que l'amour crie avec la douleur, cette musique chaude qui maintenant s'élève sur le bruissement des vagues de la mer, bruissement des vagues de la mer, des vagues de la mer, de la mer, la mer. » .


Juan Ramon JIMENEZ


20081207013734_3_