Une Canicule est un accident Climatique, une Anomalie ; l'Organisme, la Vie souffrent et paient l'Addition : pendant, après, les effets de la Canicule agissent comme un mal insidieux !

10 Ans après la Grande Canicule de 2003 ou presque, un épisode de ce type survient certes moins dévastateur en vies humaines mais aussi virulent, du moins dans le Sud de l'Europe et sur les pourtours de la Méditerranée. Certains Climatologues avaient tiré la sonnette d'Alarme en annonçant, suivant une périodicité allant de Six à Dix Ans, de tels Incidents Climatiques.

Voici une réflexion, libre-opinion à ce sujet qui ne prétend pas résoudre le Problème mais qui pose les Enjeux... La Bourse ou la Vie ? Mais certainement pas  La Bourse et la Vie ! Incompatibilité existentielle qui révèle les limites du Nombre sur Terre, qui pointe de ses doigts de flamme et de feu les dérives de nos systèmes et leurs jugements de valeurs, les Modes de vie inégaux et outranciers. Il y a péril en la demeure, le décompte est enclenché, la solution est entre les mains des États, de la Finance, du Nouvel Ordre Mondial et Économique. Les masses endurent du monde du travail à la gestion parcimonieuse des temps libres ! 

Les Températures montent au-desssus des Peuples de la Ville ; dans la Cour des Grands, on Climatise sans mourir, on gère et on domine les Glaces, les Détroits, les Cours d'eau et les sourires, les poignées de mains franches sont de mise ...! Tout baigne dans le meilleur des Mondes.

 

***

 

1_DSC03087

 

APRES LE DELUGE LES FEUX DU CIEL

 

CONSTATS

 

En haut lieux, " on gère la Canicule " ! Prétentions impudentes des Rois à l'encontre de la Terre et du Ciel... Non, ce n'est pas une Prophétie, encore moins du catastrophisme, mais je vois ici et là de la désinformation inacceptable, ces titres dont on est coutumier en ce Monde sans qu'ils ne soient réellement expliqués, analysés, projetés dans l'avenir proche, 
Sur-Médiatisés, Modélisés à outrance et soumis à contestations systématiques - cela est de bonne guerre - ; ce n'est que le constat simple et évident de l'homme resté en contact avec la Nature, la glèbe, l'air  déficient des montagnes où il tente de se ressourcer épisodiquement au gré d'une liberté tronquée. 

Après tout, 2003 est passé, le quidam est prévenu, il est habitué, l'information est pour une fois juste, cela va recommencer, souvent. L'Etat compte sur le Réflexe de survie de ses congénères ... Les uns se terrent et se défendent avec force aises et moyens, les autres trinquent suivant les Latitudes et mordent la poussière pour boire !...
Les Statistiques, on le sait sont partiales, inexactes, localisées. La terre ne livre pas au sol et suivant l'altitude les mêmes valeurs de températures ; écarts à la Moyenne, Pics, et Records se répartissent à la surface du sol en fonction d'une multitude
de paramètres qui sont d'ordre Climatique et, de nos jours, tout autant Humain, industriel et structurels... Et puis, il y a pléthore de définitions, le jour, la nuit, les analyses critériées qui s'éloignent de la vérité et du simple effet de Chaleur invalidant et anormal, tel qu'il nous frappe durement !

vous remarquerez un Invariant de taille : plus on joue sur les Degrés, les nuances,  les Graphes, les Logiciels et les Modèles coloriés qui en jettent, plus l'Atmosphère et les Climats se déglinguent et shlinguent : la fin, la Faim !...


L'homme investi dans un Cadre de vie de plus en plus sophistiqué ne respire ni ne se contente de Chiffres, de ces Moyennes dont il ne voit plus que les manifestations insoutenables voire angoissantes ; il commence à accuser le coup, à souffrir du Climat, partout et, sur des périodes de plus en plus longues, répétitives : cela devient plus qu'alarmant. Tout contraste et s'oppose aux Saisons marquées et prodigues d'antan.

REPERES 


La Civilisation, telle qu'elle nous apparaît et évolue est bien en Sursis. On ne luttera pas contre la Chaleur, les Grands froids, les Extrêmes qui se manifestent de plus en plus et de façon brutale, anarchique, paradoxale. Il n' y aura pas de Mode d'Emploi, de coup d'essai !
La grande Canicule de 2003 avait déjà sonné l'alarme par son ampleur et sa durée ; les États n'en n'ont eu cure et les Sommets, les Aréopages pompeux, inefficaces n'ont rien donné que des vents foireux de plus en plus torrides, dévastateurs.
" Ils gèrent " disent-ils au sujet du Peuple en vacances et des Générations malléables, avec cette outrecuidance, l'arrogance d'une science devenue aveugle et dictatoriale, sectaire... Ajoutez à cela ce zeste puant de maîtrise et les voilà embarqués sur l'Arche de la Gloire ! Après nous, le Déluge !... Soit, A-dieu-vat ! Certainement pas : "  A Dieu vat ", que les Marins hélaient en commandant aux matelots, au Virement de Bord du voilier !
Il faut bien se résigner et se dire que le Commandant, ici et en ces temps juteux, ne se plie pas aux injonctions des flots, de la mer et des vents furieux, des Moussons meurtrières qui se profilent ; non, loin de là... Il entasse en comptant juste et vite !
Nombreux sont-ils et si têtus, bornés, à la tête des Empires ( G8 à G28 ),  dès qu'ils obéissent aux ordres de l'Argent et à ses lois comme aux fruits des Profits et du Rang... Fantasmes de rêve social oblige ! La vie est unique et courte, lâchons-nous sur la voie de l'ascension en dépit de tout.

Cela n'aura hélas qu'un temps et le Monde court, avec et par eux à sa perte inévitable. Il est à redouter un Accident Climatique Majeur à très très Court Terme : Cuidado, Attention ! Auto-Destruction Auto-Régulée par Feed-Back = jeux dangereux des Grands, le Huitième Roi se trompe ! ...

Le Constat est dur, qui paraîtrait simpliste, mais la preuve par trois est faite chaque jour, chaque Année qui passe et qui avertit, livrant de très très mauvais augures.
La vie, l'existence, l'activité, l'organisation des systèmes sociaux et industriels ne répondent plus qu'à la Croissance, aux déchets, à l'esclavage des masses embringuées dans le cycle infernal de la frénésie Consommation / Moyens ;

C'est un univers qui n'est plus viable, se référant aux pseudo équilibres dont on brandit le spectre de la rupture et des crises à tout va. Quels sont les Choix : maintenir le Cap et périr ou revenir à une Existence soucieuse avant tout du Cadre de vie que menace en premier Lieu l'essor Démographique et ses Besoins ? Que faites-vous donc lors des Sommets ? Allons, Messieurs, agissez !...
Une banque qui se vautre fera plus de bruit que les 15.000 morts de la Canicule. Cela est avéré, hélas ! tous les jours, questions de préséance civilisationnelle, de priorité, d'Engagement ... C'est pénible à vivre ! Il est difficile de se soumettre malgré soi à de telles injonctions .
"... On ne pouvait prévoir ", entendait-on partout ; certes, mais à quels prix ? Pas de responsables, on ne ressuscite pas les victimes. La vie suit le Styx !

Observons les précautions que les États prennent à l'encontre de l'Economie et alignons - les face aux mesures concrètes déployées pour la préservation des Climats dans le monde : faites-les comptes et le tour est joué ; on passe sur l'Ecologie, cette acception
désuète aux prafums de contestation bucolique et de nos jours galvaudée, tirée dans les arcanes glauques et torves de la Politique Spectacle Pré-Électorale.
Mais il faudra bien que ces gens-là se rendre à l'évidence. Vient un temps où l'homme, l'Animal ne pourront plus encaisser les terribles épisodes Climatiques qui s'annoncent autour de la Planète. Alors, le Développement durable, les Nouvelles Energies, les Nouveaux Rythmes de Vie, qu'en est-il, à quelles Proportions ? Ah, la Société du Cheval Vapeur à la Vie longue et dure ! Excepté dans les Yatchs des prestigieuses marinas ...

Paniques, désordres sociaux, Actes de détresse et de violence, Mouvements de foule gigantesques ou géolocalisés peuvent en quelques heures se déclencher face aux Colères de la Terre et de son Atmosphère en révolte.

 

ALORS LE PARI DES POLITIQUES

Si l'on ne réduit pas la Dépense énergétique Colossale, superfaitatoire des Sept Milliards d'êtres humains, radicalement, notre Environnement ne sera plus capable d'endiguer et de gérer les surplus de Chaleur, de Gaz, la perte des ressources naturelles sur la terre. Il en amplifiera les effets redoutables, les principes dévastateurs de Catalyse Naturelles qui vont s'opérer avec la Fonte des Glaces, la Libération du Permafrost Sibérien, les Déforestations massives et permanentes, les sécheresses et les Canicules de plus en plus étendues et nombreuses. El Nino a bon dos ! toujours lui, tous les dix ans, resservi sur le plateau des grands ténors.
Nous sommes parvenus à la limite du tolérable et les signes annonciateurs ne trompent pas.

Mais comment une Civilisation, parvenue à de tels niveaux de connaissance, de prospective, d'analyse peut fourvoyer les Masses à ce point et permettre aux
Minorités Élues et dominantes de se gaver au seuil de non retour sans préoccupations du temps et de l'avenir ?

Un Projet de Société se construit et s'ébauche sans être condamné à l'immobilisme, à stigmatiser l'erreur et le forfait, sans se vautrer à travers les innombrables travers de l'approximation, de l'inadaptation, du danger de destruction. Un tel projet est avant tout Anticipation, Prévention, Innovation, Correction, Ré-ajustement. Tout cela est coûteux mais Prioritaire. Or à quoi assistons-nous depuis des Siècles ?  A une fuite en avant dont on tenterait d'éteindre les incendies semés ou déclenchés, après coups. Vaines et dérisoires velléités de réparer l'irréparable. Mesures fantasques qui siéent aux politiques des faux-semblants et de la langue de bois...
C'est un Monde qui va à la dérive de la Sur-Abondance, de la Sur-Consommation, de la Compétition exacerbée, des Lois du Marché et de la Croissance asservissantes et incontrôlables, des Grands Équilibres Financiers dans lesquels on fourre tout et n'importe quoi, jusqu' à la Pérennisation de l'Insdustrie des Armes et de la Mort à Grande Échelle.

 

IRREVERSIBLES RETRO-ACTIONS DES SYSTEMES

Empruntons un moment ce non barbare emprunté au langage des Cybernéticiens d'Antan, déjà dépassés ! Depuis la Pré-histoire jusqu'à la Révolution Industrielle ( Les Atteintes au Patrimoine Humain et Animal, Végétal datent  depuis des dizaines de Siècles ), Le Milieu et l'Environnement forgeaient les hommes, sans souffrir ni hypothéquer le potentiel, le Patrimoine cosmique d'une Planéte. Mais ils auront lentement inversé le cours du temps et l'ordre de l'Evolution. Le Phénomène s'accélère et fuse, avec le Progrés. Le Nombre et la puissance des Organismes humains commandent aujourd'hui au devenir de Terre et des grands espaces. Ce sont des faits d'une évidence qui font rage sous nos yeux et nous sommes les témoins de ces changements explosifs, invalidants, infamants pour l'Être et l'Etant.
Il se produit, par effet de Feed-Back, de Rétro-Action, des effets inattendus dont l'ampleur est à reconsidérer chaque fois qu'un secteur, un pan de notre vie quotidienne est affecté. Les désordres iront exponentiels et il ne sert à rien de pleurer, de
tergiverser, d'interpeller çà et là les responsables, d'incriminer l'Ozone, le Co2, les Gaz à effets de serre, etc ...!
La Civilisation, telle qu'elle se présente et se profile court à sa perte, se Suicide, sciemment, sous le regard condescendant des États et des Chefs qui le savent mieux que quiconque et demeurent impuissants face aux logiques de l'Argent, des marchés et des Stocks à écouler,  à leurs ignobles et inhumaines Rétro-Actions.

L'homme moderne ne peut voler la Terre sans en payer un lourd Tribut !...

Car face à la Vie, à l'Existence, à la Réalité du concept de Nature et d'Environnement, l'homme et les modes de vie qu'il génère à 10 vitesses en fonction de l'avoir doit se coucher et obéir, passer outre les caprices du Ventre et du Compte. L'humanité importe plus que l'Individu et ne saurait être Somme de ces derniers !
Chacun doit servir le Patrimoine commun qui le porte, le fonde, l'accompagne afin de passer le flambeau à ses enfants, pour jouir d'une Terre que les Ancêtres auront laissée intacte.
D'année en années, le visage de la Terre change, s'enlaidit, se ferme en perdant ses plus beaux atours. Il est à craindre que la Réalité se passe de l'Après et cultive le petit siècle qui lui est imparti aux seules fins de la Distinction, du Pouvoir, du Confort,
de la Richesse et de l'Avoir, enfin tout ce qui consacre l'éphémère aux dépens de l'eau, de l'air, des arbres et de la lumière.
A moins que l'homme ait cette prétention de reconsidérer Genèse, de ré-inventer le Monde et l'Harmonie, de vivre sous cloches de verres, d'air, d'eau assortis de déchets recyclés...

Les États doivent savoir que le Prestige, la Puissance, les Vitrines, la Gloire ne sont point là des Remparts aux Déluges de Feux et d'Eau qui pourraient tout simplement éradiquer la Vie sur Terre comme aux Temps de Noe.

 

§