" Chose inouïe, c’est au-dedans de soi qu'il faut regarder le dehors. " 

Victor HUGO 

Prose poétique de " Marin " que je dédie à mes Petits Enfants, à tous les Enfants

!

 1_Grand_Sud___Rappel

M56 / Solo Côte Est - 2008 - / Tramuntana d'Hiver - Combo ESE / NE - Images  /  Emmila   - Zoom Optique x 14 !

 

Les jours de grands vents et de ciels bas, lorsque les horizons d'une île ne sont plus que sombres rideaux tirés sur la mer en cheveux, on ne discerne plus ces éclats de terre qu'à travers un voile vaporeux d'embruns et d'écume. Le vol de l'oiseau marin rase le flot et la lame tandis que vers les cieux opaques montent les flambeaux des noces éternelles

...

1_Grand_Sud_2

Monumental rencontre ; deux trains de Houle se percutent de plein fouet ; souvenirs inoubliables et intenses d'un navigateur  à la dérive, insignifiant, humblement soumis aux forces indomptables de Mère- Nature !

Quel tumulte silencieux et ouaté que le flot excessif ! L'espace, comme un seul ciel ondoyé de couleurs, ses plaines diluviennes qui se déplacent, s'enfuient avec la " Tramuntana " ** , une froide Bora.

Et la nuit de l'hiver voyage, emporte ses nuages. Les grains cinglants règnent sur le jour, ouvrent en les cernant sans cesse, telle une étreinte, des arènes liquides esseulées, tonnantes et plaintives.

Mais qui s'approche et se risque en ces mois de frimas et de congères découvre une partition inattendue que jouent ensemble la mer et la terre. Les vagues charmeresses se cachent, tournent et s'en reviennent plus belles, que  révolins et rafales apprêtent  sans fin, dévoilant une indicible beauté, gages de vérité et de persuasion oscillant entre rêve et cauchemar avalancheux !

Quelle folie habite en  cet instant  le marin, quelle pente l'attire inexorablement en ces lieux d'absolue solitude où seul un mot, une pensée, un nom révèlent en choeur, en un éclair, la déraison d'une encablure, d'une bordée à ne pas défier ni oser ?...

Et voir, en un éclair de silence,  une fleur, pariel panache éclore sur la mer lugubre ... La tempête s'y prêterait-elle en ces champs chamboulés d'ellipses et de rouleaux neigeux

?

 

1_Grand_Sud_13

Je n'aurai jamais vu et cotoyé d'aussi belles vagues en Méditerranée. La houle était montée juste après la mise à l'eau, périlleuse, environ une heure après. Emmila, sous la pluie tentait de cadrer

Jalousement gardés et veillés par une faune secrète et nomade, maintenant çà et là quelques arpents de verdure, des arbustes naufragés, je les regarde inexorablement s'enrocher, livrer à la mer les rares faveurs  d'une terre fertile, consacrer sous nos yeux les lentes métamorphoses minérales qui peuplent un détroit immense parsemé d'Îlots et d'îlets pétrés, aux bestiaires fantomaux.

Ces vaisseaux de pierres ont rivés leurs étraves aux vents immuables et dominants ; ils résistent,  sans lutter, en croisant  tels des vaisseaux. Témoins immémoriaux qui passent en leurs figements fantasmagoriques, vaincus par l'oeuvre du temps. La mer en a décidé ainsi de leur voyage.

Marin, si tu croises au large, saches qu'ils accordent toujours au pèlerin un abri de fortune, un sursis providentiel avant le verdict, fût-il éphémère...

Un bras de mer, un océan, quelle différence ! L'eau souveraine s'empare en quelques minutes de ces éclats d'îles jumelées qui palpitent en toi au diapason du souffle et des vents de la

Liberté

 

!

** - "Tramuntana": Vent froid de Nord-Est soufflant en fortes rafales et  glissant  le long des Côtes Orientales de l'Île de Corse

1 ère Écriture le 28.08.2012

2ème Ecriture le 29.08.2012

3 ème Écriture le 27.12.2100

1_1_DSC03864__1_