Il commandait aux horizons bleus nimbés de neige l'ivresse d'un jour aux profondeurs absinthes 

 

AUX NAVIGATEURS SOLITAIRES 

 

Solitaire tu contemples en silence
Le vol sidéral des océans glacés
L'Albatros te fait tourner la tête
Tout autour du monde et ce jour ivre
Enfante à tes yeux dans ses bleuités
L'ample silhouette figée au vol austral
Se jouant des milles  nuits et jours
Tandis que ton coursier aveuglément
Dépassent les lames et rejoint les nuages
Le voilà qui se révèle partout et nulle part
Immense et majestueux oiseau  Présence
Qui danse l'au-delà en arabesques au coeur des rafales
Entre sillage et vague d'étrave comblé
Il ceint l'empire des mers  Offre aux nues
Par les jeux du vent ces envolées tracées
L'orbe séraphique du dessein des Cieux
Et il n'est plus ce temps des tillacs huileux
Où le Seigneur des mers redoutées
Maladroit et déchu se vautrait aux cris
Des viles railleries  au suint des rudes matelots
Prompts à rire de ses lourdeurs  Ô terriens
Alors ange des mers point s'en faut
Qu'ils t'ai jadis nommé pour ainsi te toiser
Accompagne le Solitaire encore un peu
A travers tes vastes dévalements de ciels
N'êtes-vous pas des longues houles  épris
Des folles latitudes  suspendez un instant
L'erre des vents le souffle des vagues d'embruns
Hauturier l'aurais-tu cherché peut-être suivi
Comme lui sur les déserts zébrés d'écume
Mais entonnez toujours  Ensemble embrassez
A ailes déployées l'infinie liberté
Ce cantique à l'océan confie un lumineux périple
Tu n'as que lui maintenant à qui parler
Messager des lointains qui te rappelle
A la symphonie et noue le lien indéfectible
Divine créature lorsque sur l'immensité
L'homme de quart à la barre devine apaisé
L'assurance et la joie en son regard cerné de nuit
Surgi de nulle part sitôt submergé d'étincelantes blancheurs
Il n'aura été sur ta route qu'un songe
Aux rimes légères et durables des flots
Caresses qui ne sauraient grever comme pied  gauche
Vos distiques ou l'aventure des poèmes
Marins que la vague et la risée égrènent
Jusqu'au jour de l'éternel retour Pour vous
Ultime pensée du grand large palpitante
Dont jamais vous ne vous déprendrez

§

 Marin 1 ère Ecriture le 04.01.2013

 

1_Photo_LAustral_12DEC2011_1