" ... L’homme est, d’abord, dans l’homme, comme le noyau dans le fruit, ou le grain de sel dans 
l’océan.
Et, pourtant, il est le fruit. Et, pourtant, il est la mer. "

Edmond JABES

 

1_20130116114831__10_1_Back_T_le__3_

 

 

 

 

 

Que cherches-tu au coeur du néant
Ceint de plénitude  Et de courir ainsi le vent en vain
Autour de la terre lasse  Sans autre mystère
Ne crains-tu pas que la source tarisse
Consacrant sitôt l'agonie du cercle prodigue
Entre la pulsation sereine  T'en souvient-il
Et le souffle de l'inextinguible renouveau
Oscillent déjà de lointaines souvenances
Quelques dives fugues où réconcilier les dieux
Et la chute tonne quand l'élévation se tait
En ton errance  Labyrinthique  L'âge ne serait plus  mais Partance
Tu aurais vibré à la foi  Frissonné aux harmoniques du silence
Vers ces thébaïdes azurées  Intenses immensités  Absence
Qui fredonnent le long cantique des psalmistes du Ciel
De passage  L'orbe symphonique y grandit
Aux desseins de la Voix  Ô migration des cygnes rebelles
Ainsi du regard dévoilé des images pérégrines
Et des Marquises à qui tu offres sans cesse
Un chant de gestes étrangement fluides
Ces arabesques évanescentes au ballet de l'onde reine
Et l'ivresse de Thétys qui se complaît vers Lui
En toutes les métamorphoses de l'éther
Mais abreuve-moi encore de tes messages  Océan
De ces larmes en fleurs qui m'accorderaient alors un horizon joyeux
La vérité des étoiles et du dauphin soleil louangeur
Là une île tangible éclot aux seuils balancés du jour des saisons
Fonde le puffin cendré et où il me plait un moment
De croiser le regard  Un cerne  Le vague à l'âme  L'aura du temps
Ainsi de nos prunelles au miroir étale de l'éternité
Qui nous attend  qui nous recouvre
Espace souverain  Émotion  Ô Solennelle révolution

Il nous semble être Traversés  des mêmes Pensers

 

Marin -  1 ère Ecriture le 18.10.2013 - Eternité - 

A Azam Ali, Muse d'un soir d'errances  océanes

!

1_Back_T_le__12_ 

1_20130116112655__6_