1_20130511104317__11_

Décor irréel, bascule dans l'étau de verre et de porphyre : rêve ou réalité ? Illusion que la mémoire des vagues étreint dans le vaste sommeil de la mer... Et de là monte comme une supplique quelques anges marins à la recherche des vérités perdues !

 

Je reprends ce Cliché pris de loin, le retouche un peu pour lui donner plus de netteté ou de chaleur !

Vintilegna, a Tunara, ses îlots magnifiques peuplés d'oiseaux, de nichées, ces arpents en couvaisons perpétuelles d'âmes et de fleurs que les tempêtes défient et submergent. De superbes lames blanches en ceignent les contours en les élongeant... silences des lointains brumeux d'une Île, enveloppez-moi des brumes diaphanes du temps !

Un appel, quelques tentations ou bien cette quête de légèreté que le désir de liberté sublime !... allez savoir ? La roche brutale n'est pas loin à l'entour comme elle apparaît sous les ondes cristallines qui creusent de profonds sillons. Puis elle ruisselle, verticale et ravinée comme le temps, abrupte et sans concession !...

En approchant, monte le bruit sourd de noces à part ; la terre éclatée, la mer souveraine et le tout  noyé dans un voile d'écume, d'embruns évanescents. Mai exulte au rivage et l'on sent le musc de la glèbe, des rives, des sablons en fleurs s'emparer d'une terre que l'on ne veut plus voir souillée à deux pas du luxe.

Un enchantement, quelques tombants lissés et polis en volutes vous content la création et ses délires, contiennent la houle ou la répercute en d' inlassables échos ondés, ceux des vagues mourantes et sublimes qu'elle enfante. Le ciel azuréen, ses moutons en essaims virginaux imitent la mer, leurs horizons insulaires perpétuellement redessinés.

Un instant, un éclair, une déferlante qui se couche et c'est la rencontre ! on la souhaite fluide, sans heurt, juste relancée vers quelques éclats de luminescentes, de nitescentes pensées, à l'image de cette évocation ! Ne plus rien dire ou penser ; ressentir l'âge du monde, sans entrave, sans plus de tourments, jamais !...

Puissé-je être de l'unique certitude de l'instant, envol probable vers ce qui révèle, apaise et assagit ; ainsi de la clarté des flots et des mots qui m'enhavissent avant que de passer !

 

Texte de Marin, 1 ère Écriture le 13.05.2013, avec le printemps, pensées à mes Petits Enfants

 

§

 

1_20130511104317__16_ 

1_20130511104645__2_