1_DSC02298

 

1_DSC02293

1_DSC02283

 

 

1855

 

 

 

1_DSC02296

 1_DSC02326

1_DSC02295

 

Archipels foulés
Terres d'ex-îles
Déniées
Éclats de temps en pâtures
Ces boulets rouillés
Figent le champ
De la mémoire
Que le rang barré
Sépare encore et toujours
Au terme pathétique
Du voyage fatal  Ainsi de l'ultime réclusion


Du naufrage
Légendaire et terrible
D'un vaisseau ivre
Lointainement guerrier
Tellement armé et puissant
La mer n'aime pas
Le sang et les bavures
Gardienne aux vantaux
De l'éternel de la Destinée


Et demeurent sur une île criblée de blocs hiératiques
Deux vagues enceintes
Deux tragiques empreintes
Vues du Ciel
Parsemées  Des pierres
Alignées  par la foi redoublant d'ardeurs
Quatre murs quelques croix
Pour tant d'âmes que le chant
Des oiseaux rappelle
Obstinément en criant

Mais où êtes-vous matelots
Mousses Marins et Soldats
Qui pérites ravis
Et broyés par les brisants
Les larmes du Ciel
Auront abrégé vos tourments
Je ne vois là que l'ombre
De l'ordre brandissant
La fonte des gradés
Quand un peu plus loin
S'élève en clameur
L'effroi de la chair
A canon diluviée sans plus de noms


Pourquoi vous avoir ici
Pour l'éternité désunis
Quand les flots de vérités
Vous liaient les uns aux autres
Et la frégate se broie
Dans la tempête disloquant le Ponant
Effarante de blancheur


La mer a confié aux Écueils
Les pensées émouvantes
D'un regard sitôt englouti
Chaque printemps
Rassemble vos âmes profondément
En leurs profuses floraisons


Vous allez dans la paix l'harmonie
Ondoyées et pétrées
Toute souvenance alors
Se recueille
D'un bout à l'autre  Du silence
De la Terre et du Ciel

 

MARIN 

1ère Ecriture le 13.06.2013 - En cours -   Aux Marins ! 1855 ... La guerre, toujours la Guerre et les mondes qui pleurent leurs rivages et leurs visages à jamais perdus, entre hasards et nécessités !

 

1_DSC02293