SURGHJENTI OGHJI IN SCENA 

A écouter cette superbe Version du Titre :  " A me Patria si chjama LIBARTA " 

 

 

Tu prolonges comme tu libères  l'écho des vagues  
Retiens pour moi  autour du soleil et de la lune  cette aura diaprée
Aux tombants virginaux d'écume et de neige 
Au-delà des montagnes   laisse encore un peu
Divaguer ces voix étranges  ces choeurs volant vers un temps qui nous ressemble


Ô polyphonies  canons des orgues carmins  et des cimes 
Je renais à vos mirages      à tant de claires harmonies 
Qui fusent à l'ombre bercée des nuages  lointainement en  pannes
Ainsi des fresques  d'une terre   ex-île vagabonde et rebelle
Renaissant de ses profondes et mélodieuses racines 


Alors en chacune de tes arènes exaltées que l'on baptise Pieve 
Un cantique digne des coeurs qui auront passé   mûrit tel un fruit gorgé de sucs
De divines compositions parent le jour
Et dévoilent leurs soupçons de hasards nitescents
Que les nuits saupoudrent depuis le berceau de la  lune 


J'entends battre le pouls d'un enfant  Et la mémoire
L'émoi à nos promesses se lient  telle la  révolte
Tandis que s'élevent dans le couchant et déjà vers l'Orient 
Ces foyers de pierres et de poutres vénérables
l'insatiable fruition des saisons abreuvées de ciels et de lumières


Dis-moi   pourquoi déchoir la Terre   ces menées  impavides
Le rivage bradé  où l'azur ne parvient plus à s'éployer
sur les  forfaits des parvenus 
Il n'est qu'enceintes  et digues de blocs révulsés 
Sans visage à toujours figées vers la laideur des faubourgs


Quand les villages se meurent   étouffent leur beffroi
Sur le parvis muet des campaniles     des vieilles chapelles
J'ai mal à mon île d'antan   Je ne la reconnais plus    
Un songe larme   inexorablement naufragé et s'abîme dans les  arcanes
Impitoyables de l'éphémère

Ô iniques menées  des vindictes  et des outrages

 

!

Pour l'Amour d'une Terre déjà lointaine ! 2 ème Écriture le 01.07.2013

3 ème Ecriture le .. ..  ....

 

1_DSC02152__2__001