DSCN2213

Et ces hauts lieux azur, vers  ces terres figées chutant dans la mouvance des siècles, il n'y aurait d'hôte plus fidèle que l'imaginaire, une folie, un rêve à  ciels ouverts, à demi éveillé

 

Quelle symbiose exauce l'azur
L'élan harmonieux   une aile agile  
Eût si profondément
Exalté les éléments


L'esquif vélivole
Que tu mènes
T'accorde à  nouveau 
Aux gyres imaginaires de l'enfance déjà si  lointaine
Aux mystères des songes
Et de nos  ballons rouges

Là    à ciels ouverts
De la mer aux nuages
Un lumineux croissant oscille  
et danse  sur  une musique rebelle
Empreinte colorée
Des libertés séraphiques


Et l'Ether s'anime   encore plus profond
Peuplé d'elphes 
Aux ellipses vertigineuses
Aux arabesques légères

On y vole comme
s'apprètent  les vagues
Au gré des inclinations fantasques  du déséquilibre 
Un brin de soi   dont la gestuelle 
Longtemps bridée 
 recouvre  enfin  le souffle
La pantomime
Ondée des flots


Et cavalcadent en choeur
Ces chants de silence
Nimbés d'embruns
Aux sacres iridescents
De l'arc-en-ciel

Et ces liens sur l'Azur
Tendus et stridulants
Te disent obstinément
Sois de la partition  sois
De mon Île   de l'amour sain
Vibrant aux boucles des vents 
Et aux baisers
Des vagues d'antan 

§ 

Marin - 1 ère Ecriture le 09.08.2013 - Devant ce tableau, en regardant une aile dans le Ciel de Tunara, me vint cette pensée !...

2 ème Ecriture le 14.07.2014

3 ème Ecriture le 25.12.7894

 

1_DSC02572