La conservation de son corps et de ses membres, par tous les moyens possibles, voilà, pour l'homme à l'état de nature, l'unique et véritable loi, le dictamen de la pure et droite raison

 (Proudhon, Guerre et Paix,1861, p. 115)

 

§

 

DSC02916__1_

 

 

On ne saurait voir, recevoir, interpréter une séquence, un geste, un instant de navigation extrême sans le contexte qui tout autour éclot et oeuvre à l'ambiance, au vaste théâtre de la Nature ; un ressenti donc à part, que tout un chacun vit à sa manière, selon une myriade de référents inscrits et gravés dans la mémoire... Ainsi, les activités de l'extrême fascinent, envoûtent, invitent aux plus étranges des compositions !

En retracer quelque part les fresques, les arpents, souligner ces  franges océances, aériennes, ondées, osées et risquées, le tout sur fonds de nuances, de teintes, de lumières et de contrastes qui eussent ravi nos grands peintres impressionnistes, fauvistes, cubistes et tant d'autres artisans des lumières et des ombres !

C'est aussi et un peu pour cela qu'il est agréable de s'extraire du monde des habitudes et des artifices. Ainsi de quêter avec  émerveillement quelques scènes toujours inédites, inhabituelles,  surprenantes, que l'on garde dans le coeur. Difficile pari en milieu hostile où la beauté et les splendeurs côtoient également le risque, la fortune de mer, le destin irrémédiable que le flot brutal et la bordée lointaine font peser sur chaque Marin, chaque être que la mer prend le temps d'une sortie, il faut le dire : hasardeuse.

Car au coeur de la Nature, au milieu de la mer, point de convention qui vaille, aucune règle qui eût en cas d'avarie octroyé miséricorde ou chance ! Mais de l'unique et ultime ressource du pèlerin et de son dictamen.

 

Marin - 1 ère Écriture le 15.09.2013 - 

2 ème Ecriture 08.16

 

20130912101314_2_

DSC02918__2_