En ce profond regard cillant
A la lourde paupière d'écume
Un fin croissant de lune vacille
Des nues  et de l'ombre absinthe

A la chevelure d'embruns
Qui lointainement fabule
Fuse en boucles un sillage
Un penser  Et me sourient

Les mots tendres de la mer
Qui de vertiges en serments
Tiennent le flot et la lame d'une folie
Aux invites de l'Unique

Retiens une fois encore ce sourire
Que l'augure du ciel entonne
L'écho lancinant du silence
Sera pénitence de Marin

 

§ 

1 ère Ecriture le 25.09.2013 - En cours ...... depuis 10 / 2002 !

2 ème Ecriture le 26.09.2013

 

20121218111217__12_