" C'est seulement dans l'imagination des hommes que chaque vérité trouve une existence réelle et indéniable. L'imagination, et non l'invention, est le maître suprême de l'art, comme de la vie. " 

Joseph CONRAD 

***

Ces pensées accourues de l'Hiver, de la Nuit et des Solitudes azalées !... Ô ! quelques 65 Noeuds qui secouaient l'Anémomètre digital sur la grève n'étaient rien au regard des Rafales qui vers Fenu  planaient au vent des tombants et des brisants. Je naviguais, je voguais, il me semblait flotter à travers la violente tempête et ses bourrasques de vent Ouragan. Ainsi du Mistral, du Ponant qui vers le Grand Sud défient la raison...

Point s'enorgueillir mais tout simplement composer avec les grandes harmonies du Tout, un instant, un éclair irradié d'embruns de beautés évanescentes. Hiver, longue nuit blanche constellée, irisée, avec ses  clartés de lune, ses vastes cirques ondoyés qui ceignent sans limites.

Revenez, emportez-moi loin, très loin, sans jamais plus endurer de fardeau. Le vent, l'azur, pour oublier,  avec pour seule compagne la longue litanie d'un violon sur la mer !...

 

 1 Click Ci-Dessous

DSC05543__2_

La Tempête hâle au  Nord-Ouest, touche les rivages au vent de " Cap Marianon ", l'antique de Plotémée ! Je vogue  à  la limite  d'une mer blanche ! les vents soufflent, font rage,  brutaux, violents, en furie. Ils  aplanissent la surface enneigée des flots !

Vues grandioses où les sens ne font plus qu'un, enivrent au-delà de tout, dépassent l'entendement ...

Marin, " infiniment petit " depuis toujours et à jamais ! Dans le lit du vent Ponant, les Bouches de Bonifacio,  le vaste Détroit parsemé d'îlots, les archipels et leurs goulets  attisent, happent l'énergie magnifique du grand large, en regagnant déjà l'Orient 

!...

MARIN - Evocations de l'Hiver en Mer -

Aux Petits Enfants ...

 

Revu partiellement le 78 - 41 - 6521