111215vdn920

 

 

La Tempête " CHRISTIAN ", en Bretagne, résultant d'une Immense Dépression centrée sur L'Atlantique Nord, glissant au Sud sur une forte Zone Anticyclonique : ça va envoyer !

 

OBSERVEZ BIEN LE COURS DU TEMPS, NOUS NE SOMMES PLUS AU BOUT DE NOS SURPRISES ! Ô CINQUIÈME SAISON...!

De qui serais-tu l'héritière ? Allez, un petit 37 ° C pour la semaine qui vient, juste pour surchauffer nos processeurs, booster nos logiciels et modèles qui errent, la tête dure du disque dur se hissant de façon inversement proportionnelle au climat que  la Civilisation flingue à tout va 

!!! 

Oui, la Météo débloque, s'enlise, glisse et dérape... Quelles sont ces Prévisions lorsqu'il suffirait au paysan des siècles passées de  dire au jour près la force des vents, les températures, le changement réel de saison, la vendange et les semailles !

Que l'homme est petit face au temps, avec ses graphes hauts en couleurs, sa métrique au cordeau ! Ah, il vole, certes très haut, et là, point d'approximation, d'empirisme, de poésie au risque vraiment de chuter au sens propre.

Mais là, il faut en convenir, les prédictions de temps, à 6 heures comme à la semaine, au mois, à l'échéance d'une saison : tout et n'importe n'importe quoi ... Il est vrai, comme je m'épuise à l'observer, que le Logiciel ne sait toujours pas intégrer le miasme, la civilisation de nos  chères technologies enclines et très appliquées à pourrir notre atmosphère, nos océans, jusqu'à l'air que nous inhalons dans les vastes galeries aux glaces de la magnificence et de l'avoir...

Ce ne sont ici, j'en conviens, que des digressions, mais le sujet est si important, l'enjeu d'une science du temps et des climats tellement bousculé qu'il importe de pointer tout ce qui pourrait l'entraver, l'entraîner sur les pentes de ces certitudes inamovibles qui nous pousseraient vers le chaos, inéluctable.

La prévision du temps, avec les outils que nous avons à notre disposition, ne saurait se planter comme elle le fait et cela, de plus en plus souvent. Les logiciels de traitements de l'information, les modèles surpuissants se trompent, et surtout se contredisent sans relâche, jouant ainsi une compétition de circonstance : Web et notoriété obligent ! Mais au final, il faut bien admettre que toutes ces données mathématiquement démontrées, rigoureusement formalisées par des ordinateurs surpuissants finissent de larguer l'homme, se gourent, concluent à des productions totalement éthérées et fumantes.

En effet, passe-t-on en quelques jours, d'un jour à l'autre, en une même journée d'un flux d'Est à un Flux de Sud-Ouest ou de Nord. Ainsi la terre n'en finit plus de dévier dans sa rotation, faussant Coriolis et Torricelli ! Quant à la Rose des Vents, ne s'affole-t-elle pas ?

Une chose est certaine, en Méditerranée, l'Afrique équatoriale se profile déjà, des températures de 35° C localement, depuis des semaines, qui ne connaissent ni Octobre, ni Novembre ; à quand les boubous et les paréos en Décembre sur l'Alcudina... Mais les Modèles persistent et signent leurs avis de forts coups de vents, ces vents foireux à la force 5 et 6 qui jamais ne donnent plus qu'un pet de mouche vers les zones littorales.

A 1800 m, dans le refuge, on met des tortillons, quand bombarde le moustiKKK Tigréus, l'enfant là vous inocule une injection de poison, à n'en point douter un Chi-Koun-Gougnia des plus atroces ...

Il faudra attendre le tardif et totalement inhabituel, voir anormal retour des grands centres permanents, l'hiver sans plus d'automne - la 5 ème saison comme il me plait à relater avec désarroi et stupeur ! -, sur les zones géographiques adéquates pour voir s'instaurer ce temps qui caractériserait peut-être ce que fut pendant des millénaires le climat tempéré de nos vastes régions ! 

Mais la science, débordée au Nord par la fonte des Glaces, vers l’Équateur Amérindien par el Nino ou la Nina,  à l'Est par la Mousson devenue démente et hybride, au Sud par un Chergui dévié, un Simoun égaré, la science, je disais, se perd en conjectures.

A chacun sa petite chapelle gratifiante, son indéfectible credo télévisé de circonstance et grassement payé,  et surtout ses calculs ampoulés ; résultat, tout le monde se vautre dans l'erreur, alors que sous nos yeux et à vitesse exponentielle se joue l'explosion climatique, la disparition de ces grands équilibres que notre monde aura parfait depuis des millénaires. Que l'on argue pas des phénomènes passés qui se serait reproduit à l'identique ! ( Glaciation, sécheresse,), Certes, cela aura été, mais certainement pas dans un intervalle de quelques dizaines d'années : il ne faut pas prendre les gens pour des niais !... Les carottes parlent, certes, depuis les profondeurs des glaces, mais tout de même !

Alors, avant de poser un bulletin sur les ondes, que les " spécialistes du temps " apprennent à intégrer d'autres données qui à très grande échelle perturbent non seulement les Climats sous toutes les latitudes /  Longitudes, d'une part, et dans un tout  autre domaine, faussent les prévisions météorologiques locales et régionales ; ces deux aspects de la vie de l'atmosphères qui jadis étaient bien distincts ( sur le papier ), sont devenus de nos jours indissociables ! Il n'est ici question que de stratégie d'investigation : ou l'on prend en compte ces nouveaux phénomènes et on avance, ou on persiste dans la prétention et on se gave d'anachronismes ! c'est un choix, après tout, les Sites Webs sont de plus en plus bariolés et beaux ! quant aux cieux, ils virent au gris serpillière, opaque, fumeux, turpides et glauques où les nuages se risquent encore et rarement à porter quelques noms ...

Antan, la seule Lecture du Ciel, la migration des oiseaux, quelques végétaux suffisaient à parler très sérieusement du Temps, d'un temps à l'échelle de nos vie ! Mais en ces jours-ci, mesurons les écarts entre le produit " scientifique  ", de plus en plus largué et la réalité dont seuls les anciens maîtrisaient le cours, à travers toutes les activités de l'hommes rivées au travail de la terre, à l'exploitation des mers, partout, tout autour de la planète !

A suivre - Entre Météo et Climat, rien ne va plus !

 

271008_4

 

Alors que l'Homme utilise des outils de plus en plus sophistiqué, il déplore de façon concomitante la destruction massive de es espaces de vie, arguant ainsi dominer la Nature, le règne animal ; très fort, oui très fort ! De ces arbres de Noël, nous n'en voulons pas ! L'homme n'a jamais pris la mer et quand il l'eût fait, c'est bien à des desseins de destructions massives ... Ô digressions massives, colères et passions du Quidam, que n'êtes-vous face au bourreau humanité qui va hypothéquant la terre, à très court terme !...

§