§

1-Back Loop (7)

!

Et quand déjà de s'abîmer

Une histoire s'en est allée

La barque au loin

Prend l'eau  Un esquif

Vague à l'âme

De l'éternel

A terre

Un peu plus lourd

Toujours

 

Pourquoi perdurer

Au flot funeste

De l'amère

Vision

S'obstiner

Ô inextinguible passion

Allants transports

De l’Éther étrangetés

Bordées qui m'auront traîné 

En vain

Sont-ce là

Songes d'île  impérissables 

Confessions

Que les nuages aîlent

Des cimes aux rivages

Tempétueux de l'hiver

Élans hélant 

La Muse

Et la Lyre

 

Alors Marin

Ne laisse pas d'ouvrager

Les rochers et les brisants

A l'épreuve de l'onde

A vau l'eau éprouve-toi 

Durablement

Un cœur chaque fois débonde

Quand naissent de l'insouciance  

Ces menées croisant fidèles

Sur les brisées du silence

Et s'apaise

 

Les anges nimbés d'écume

Alentour

Hantent la violente tempête

Voici la demeure

Miséricordieuse et Protectrice

Pour le marin s'esseulant

Et lorsque au vol dérade et s'enivre

L'aile solitaire

Ex voto

A l'écoute d'un mal

Fléau

Qui poudroie 

L'aire battue

De la peine

 

Inaltérable est son aura

Aux champs absinthes

De l'amer au tumulte

De sels piquant

leurs visages de pierre

Criblant les abysses

De cette bise

Qui veille

Qui bleuit

Les yeux caves

De l'absence

 

Sentinelles minérales

Visages métamorphiques

Des lointains dionysiaques

En scellant l'écrin de la longue nuit

Ô temps

Désemparée est la fuite 

Vos odes dithyrambiques

Nous rivent l'un à l'autre

Et nous ne laissons plus

En ces solitudes d'embruns

De nous abreuver au chant

Des gestes et de la folie

 

Ô pantomimes

De nous envers et contre tout

Dérisoires mais si prodigues

L'inextinguible figement

Sommeil purpurin d'aube

En-gravez à jamais l'essence

 Des choses dont nous sommes

 issus

 

Ce code est mémoire profonde

Abysses

Pointant nos pas de danse

Inlassables  Obstinant

Le ballet

Que ne vois-je déjà franchis

A l'horizon l'alliance des courbes

L'arc-en-ciel

Lorsque vient le sacre rare

Et duel de la transe

L'âme et le corps riment

Préludent

Aux dénouements

de nos liens exaltés

 

Ainsi de l'originelle révélation

Indécences dé-raison

Que nul ne saurait renier

Amer posé sur la mer

Îlots des  blanches désolations

Souffle de Borée

Marmoréens

Oubliez-nous

 

Les écueils au ponant révulsés

 Exhalent leurs volutes rosées

Soulignent sans fards 

La bouche céleste des vents

Soufflant l'errance d'une vie

Et va pâlissant

Au chant des vagues

Le regard diluvié que nous aurions conçu

Un esquif blessé pour en user

Sombre à l'appel irrévocable

Du  Tout

 

Il ne reste sur l'azur

Que le sillage orphelin

D'une profonde blessure

Sur nous refermé

 Au ciel un soupçon d'étoile

L'éternité nous borde 

Depuis

Qu'un voile s'épanche

Et sanglote

Renaissant chaque fois

A l'appel des vagues

Comme

Un sourire amer

Unique

Incisé sur l'autel 

Des multitudes

 

Là  

Marin 

Tu te seras naufragé

Volontaire

 

§ 

MARIN

- De l'Océanique  Décours de ...!? En 1 ère Ecriture le 20 è et 21 è Siècles ...

 

 

1-Giraglia II (1)-001

 

 

§