Et rêver d'une aile toute bleue
Avec ses ocelles de papillon
Qui m'eût allégé sur la mer
Rêver d'une voile avec ses yeux de ciels
Que le flot absinthe eût souligné
Dans la nuit de la tempête
Lanugineuse et constellée de moutons
Une aile orpheline qui palpite
Au souffle tranché des vérités blessées
J'eus été emporté par le chant
Abyssal des vents et des vagues
Dussé-je demeurer marin à terre
Je choie vers le vaste lit des âmes
En mon coeur l'envol de l'oiseau qui à toujours
Nous ravit au comble des renaissances

!

MARIN

1 ère Ecriture, vue de l'amer ...

DSC03426 (2)