Il est le vent qui succéde à la langueur de l'étale

20121218111217__20_

 

Il est le vent droit de la mer et du couchant empourpré
Aux ailes d'écumes  perses qui palpitent
Ainsi les vagues avec lui rivalisent et délirent
Quand le soleil bas et traversier  du solstice au zénith songe
Iris diapré d'émeraude et de tourmaline
Il parfait le regard éphémère de l'onde

 Il est le vent fou que rien ne retient
Remontant les profondes vallées vers l'azur
Dessinant dans l'espace l'aura vaporeuse des Îles
Vent si pur et si puissant que les vastités drainent
Tu couvres la mer de l'épais manteau de l'hiver
Et l'on te devine déjà la nuit au chant tutélaire odorant les hautes futaies

§

Marin - Aux Petits enfants - 19.12.2013

 

20121218111217__18_