Comme un torrent invisible qui dévale
Une irrépressible inclination des ciels
Courroucés affolant crêtes et moutons
La rafale flue stridulante et violente
Frisant ondes et pentes au lit du vent
Qui s'éploie  Force obscure de l'éther
Tu livres aux brisants l'envol séraphique
Des elfes L'épaisse chevelure des vagues
Enlace sans fin nos songes de glisse vierge
Quand d'un dessein d'ailes l'oiseau marin
Inverse sous le vent le cours d'une pensée
Souffle iridescent à la voix des sources claires
Tu bruis et fabule la harpe Ô kora de mes rêves
Par tes spires  de révolins en tourbillons exaltés
Atèle-moi encore et toujours à l'ivresse des voiles
J'y larguerais un chagrin en doublant l'inaccessible amer
Délire sans frein ni limite de la mer toi qui lève l'onde
Par-delà les étoiles les marées l'étendue vaste et infinie
Je m'en remets à l'extrême transport de la bise Et s'affole
En esprit l'essence du râle qui en l'instant révèle

 

 

MARIN

- Pensées en Mer - Sans date, depuis toujours !

 

 

Ambiance_Surf_II__2_