Quelques notes de piano, l'univers de l'eau :  fluidité, instants de ciels  immortalisés aux contrées des ombres portées par le soleil !.. On ne saura jamais assez dire les éléments, et, l'homme qui n'en serait d'eux que l'humble reflet, le passager des vents, funambule sur le fil tangent de la liberté ! Expression océane ...

Marin 

20140124144931__4__001

 

Vous découvrirez ce Chronophotos de Thomas, Move  réalisé sur Testarella, un jour égaré de l'Hiver, un jour qui n'aurait plus d'âge, comme figé, gravé dans les ciels d'une éternelle antiquité, croisant vers le jeu et l'enfance ...

Avec l'autorisation de l'Auteur du Move , Thomas ; merci à Toi, Thomas ! Un Move, une Trace sur fonds de Maistrale.

 

AERIAL_THOMAS_CHRONOPHOTO

 

1 CLIC  SUR LE  FICHIER  IMAGE  SVP 

 

RÉCIT 

 

Le vent est capricieux. Il souffle en rafales et oscille. Plus faible dans la zone des vagues parce que hâlant  le Nord-Ouest, en fin d'épisode. La côte, au vent, dévie et masque les bourrasques.

L'air,  saturé d'embruns, odore l'écume, l'iode intense des jours de vents forts. les vagues rentrent en séries nourries, hautes et massives ; elles se rangent,  lentement, tribut d'une houle lointaine et sûre, régnant à la faveur du Mistral  qui s'amollit. Les conditions deviennent très techniques ; il faut bien lire les alentours et surtout se placer dans le champ des vagues  sans la moindre marge d'erreur ou approximation. L'angle formé par le vent et les vagues approche le plat, soit  un flux traversier ( Side Shore ). Un après-midi radieux que l'hiver concède au grand sud, après les déluges de pluies de la nuit ! Le ciel, comme  lavé par le vent froid et bleu des Solstices, règle  le ballet des ondes subrptices ..

Le Rider sait qu'il devra compter sur une trajectoire longue et tendue ! il se positionne en conséquence,  s'accordant toutes les marges de l'abattée et de l'accélération qui en résulte ; postée, bien à l'abri des rafales, " Emmila " règle l'objectif, suit et attend patiemment sur le parvis des ondes ; la séquence promet et ne déméritera pas !

En effet, l'aura  des Îles se dessine, Ultramarine, Insulaire. Les rais d'un soleil déclinant en traversent généreusement les abrupts  mouvants. L'ondulation n'est que métamorphose, jaspée, veinée, irisée !  Vague transmuée. Voici un camaïeu originaire  où le vert expose ces gammes océanes et tropicales. Un ciel,  chaviré de grains Iroise,  affole ! Nous sommes bien sur l'Île de Corse, le temps d'un rêve à l'ouvert d'un  golfe légendaire ! 

La planche courbe accélère, longe la section et le  Surfer, filant sur le glacis de la pent,  l'a compris ; il  ajuste sa trajectoire et pointe l'antre de  la vague. En face, à sa rencontre, un mur d'eau,  une orbe, une marche, se précipite à contresens ; la vague ouvre en gauche,  sur le point de jeter ...

En-dessous,  en  guise de socle  mouvant, le galbe radical et creux de l'abrupt, taillant  plusieurs pieds. La dalle de roche et ses deux secs  se devinent. Et cette ombre persistante d'un  soleil masqué qui commande à l'incertitude.

Le sillage refend le flot, fuse  dans un silence que les lames tracent en s'emparant lointainement du rivage, des pointes   et des hauts-fonds perdus ! Thomas file, fléchi, un instant, si  petit !

Soudain, la rencontre. C'est l'Envol, le vol plané, une sorte d'allègement où la voile, l'aile aurait suspendu le temps !  Elle fasseye, neutre et contrôlée. Inertie visiblement rapide et puissante ; le Surfer  en profite pour travailler sa trajectoire  aérienne au cordeau, puis, il anticipe, parfaitement groupé, comme porté par quelques forces invisibles ...  Plus bas, l'avalanche gronde. Un  rideau d'eau envoûtant  et lumineux  n'en finit plus de chuter, se régénérant,  alimentée par une masse  verre d'eau qui afflue, intarissable.

Le temps se précipite, Thomas oriente sa planche, à la semblance de  la pente et la relève, favorisant ainsi ses retrouvailles avec le flux tumultueux,  la volute de cristal. La vague semble l'avaler, mais il réapparaît aussitôt, poussé  par le souffle  écumeux désormais dompté ...

Episode rare  et intense en ces lieux balayés par les bourrasques et les déferlantes. Dédale où les vagues jouent avec les hommes une composition à part. Empreinte sur l'azur délavé de l'hiver et  d'une saison à la dérive du puissant et vénérable Maistrale !

Superbe harmonie, Thomas !

MARIN 

2 ème Ecriture le 27 Novembre 2020 

 

____________________________________