Buvez, mon sein, la naissance du vent !
Une fraîcheur de la mer exhalée
Me rend mon âme... O puissance salée!
Courons à l'onde en rejaillir vivant !

Paul VALERY

 

 

 

Belem_tempete2

 

 

L'ALLEGEANCE OU DU DEPART

 

 

Par le soc de l'étrave et le guibre tanguant
Au labour incessant des plénitudes écumantes
Voguent et jaillissent envoûtants sillages
Les solennelles allégeances...  Passager,  vois !
L'appel du large délinée hagard cet instant
Et serein au sein de la mer tu t'abandonnes 
Solitaire ! L'absolu éclot  Ô insignes bleuités
D'un regard unique qui s'égare, vague
L'iris par-dessus le bastingage  Ultime volée de signes


Pacte et serment ont viré l'ancre
Parés comme irrévocables ils convolent
Pour l'autre monde  éminemment pers
Et, par ce dernier pas au-delà de tout
Entre la panne et le tillac consacrent l'adieu
Fussent-ils fortunes de mer ou consentant
Au dernier départ du grand trois-mâts d'antan


La brise mélodieuse déjà dans la mâture
Et les haubans entonne le chant d'espérance
Des gréements à toutes les mers qui fleurit
Sourire du marin  euphories en partance
Au petit matin rêvant de flot et d'errance
Alors la plainte stridulante d'une sirène dénoue
Un baiser que l'éther promet aux lointains
Au croissant et à l'étoile Vers le firmament
Sur le môle la main esseulée s'agite en vain
Creusant sans fin l'immensurable souvenance


Mais dites-moi si pareille offrande à l'Océan
Tant de délivrances infiniment nouées
Eussent été viables sans la confession la louange
Vaste et aveugle alors la confiance concédée
Aux étendues de la nuit parsemée d'écueils
Par la solitude obscure et pesante
Qui vont obstinément regagner l'aube


Ainsi des plaines liquides des vents
Inconnues innombrables
A l'écoute des rênes souquées du coursier
A la folle barre à roue rivé
Au dessein safre d'un  safran
Le voilier migrateur trace un destin
De rose essaimant ses pétales et renaissant
Ailes au gré des vents ivres  livrées de l'éternel
Comme par enchantement qui salue le rivage
De l'île vierge  La jeune foi enfin de retour
En eût-il toujours été ainsi du lien et du port
Toutes les fois louant vérité et fidélité

Sur le vaste autel de la mer et du coeur ...

 

MARIN

-  1 ère Ecriture de la Mer, d'une aile libre en guise d'étrave, errant ...

 

DSC02773