20130302131151__10_

Voyez le Fichier Image ci-Dessous, Grand Format,  nommé MIGRATION 

 

 

Marqué du sceau de l'Eternité, un point blanc et si lumineux sur fond de nuit, ils vont 

 

Empreintes sur la mer, par toutes les migrations et nous disent combien la montagne est belle lorsqu'ils la contemplent depuis la flèche de
l'essaim. Je ne veux plus que l'on tue les oiseaux, que l'on touche au peuple migrateur, aux canards sauvages emplissant l'azur de candides
pensées, de souvenirs. Que les palombes, les colombes, les pigeons voyageurs aillent et portent toujours leurs messages de paix et d'amour plus loin, encore plus haut  !
Que la montagne est pure et antique au vol qui palpite et s'élève vers les clartés neigeuses de l'hiver chargé de promesses. Ils convolent vers d'autres noces, quittant les frimas pour un peu de
douceur braver la mer et toucher aux rives de la lointaine Afrique. Je les croisai, je les enviai aussi, au bruissement fidèle et vrai de l'élan
millénaire qui leur accorde sérénité et tant de lumière.
Que la mer et la terre oeuvrent bien ensemble, vues du ciel et sans autre bruissement que la  caresse des vents ailés, aux desseins réconfortants de la
migration, de l'éternel retour. Vous m'êtes saintes empreintes dans la craie, séraphins par les vagues et l'azur : renaissance des saisons, à l'épreuve du temps qui à jamais
fonde le sens du voyage et des blanches traversées

...

MIGRATION_

 

§