realisation_maison_corse_003_1024x624

 Votre attention ! Il ne s'agit pas de faire la publicité d'un domaine voué à la vente mais de défendre par cet exemple un modèle d'architecture parfaitement adapté à notre environnement. De telles initiatives répandues à la hauteur de toutes les collectivités, encouragées au niveau  privé ou publique, seraient de nature à recouvrer le visage d'une terre aujourd'hui gravement menacée d'uniformité, d'oubli, de banalisation ...

 

CASA DI PETRA 

 

Toutes les fois que nous passons devant ce futur hameau, nous dirions volontiers ce village, nous tombons en admiration face au chef d'oeuvre d'architecture spécifique et insulaire qui s'offre à nos yeux ; pas moins  de vingt maisons, toutes plus belles les unes que les autres, s'éploient en s'enflammant aux pourpres du levant. Ocreuses et rougeoyant au soleil couchant, elles rayonnent  au coeur de la verdure. Des maisons de pierres parfaitement intégrées aux paysages qui les accueillent et les retrouvent, enfin !... Des bâtisses suffisamment reculées de la mer et qui lui accorderaient  un regard digne et noble : celui d'une Terre qui aurait recouvré ses vraies racines et surtout la Mémoire, ce que les anciens nous auront laissé avec tant d'amour ... Et par là aussi, une initiative qui aurait mis en exergue tant de savoirs antiques, de métiers oubliés, des trésors d'ingéniosités et de créations, jusqu'à l'infime détail en  boiseries traditionnelles, ces accés et ces entrées imposantes que soulignent de splendides  linteaux de granit.

Plus encore, on verrait sous nos yeux éclore l'âme des villages d'antan, avec ce supplément peut-être de technicité et d'efficacité que l'outillage moderne livre aux vrais artisans d'aujourd'hui ! Le sens de l'esthétique et la maîtrise du souci de l'intégration y seraient à nouveau conjugués, preuves inégalées non seulement d'intelligence mais avant tout d'amour et de respect, de savoir-faire, pour le Territoire qu'il nous plaît à dénommer : l'Île de Corse !

Des portes en bois de nos régions et vallées, des pierres aux volumes étonnants  savamment ouvragées, taillées, disposées, de telle sorte à ne jamais bousculer, araser la colline, déchirer la terre, mais à les confondre au versant, au coteau, au relief  qui constitue dès lors une richesse à exploiter !  Un habitat aussi discret que beau, massif et puissant en impose au regard, à la mémoire ...

On dit que les concepteurs de ce projet auraient même envisagé une nouvelle vie, un essor commercial, des services, donnant enfin une âme à ce village totalement repensé, entre modernité et terroirs... Une approche de la ruralité avec tout ce que les nouvelles technologies peuvent apporter de confort et d'aisance ; ce n'est pas un lotissement mais un village redéfinissant un cadre de vie,  induisant un genre de vie en harmonie avec toutes les finalités de ce que l'on pourrait appeler :  la spécificité insulaire en matière d'environement, d'urbanisme, de cadre de vie, d'alternatives aux terribles assauts d'un  mitage tout azimuts et anarchique que nous voyons actuellement se répandre  et se généraliser à travers les champs, vers les rivages dévastés par le tout béton...

Aurait-on oublié ce que furent nos villages, du moins à travers leur inégalable osmose et fusion aux " pièves ", aux berges des rivières, aux versants et sommets des collines où il se nichaient ?

On ne peut comprendre les résolutions de la justice enjoignant les concepteurs de ce hameau, si tardivement, après livraison déjà de plus de huit bâtisses, à la démolition de tous les édifices, verdict qui serait sans appel et impensable, inacceptable ! 

On ne méprise se pas le travail noble et bien fait alors qu'en d'autre lieux germent murs de parpaings, habitats hétéroclites, les débris de ruines innommables et illicites ...

Nous ne connaissons pas les raisons de ce litige qui opposeraient les concepteurs à un propriétaire limitrophe et voisin, mais force est de constater qu'en pareilles circonstances, on ne peut un instant imaginer l'absence d'arrangement, le concours positif et sage, précisément, d'une institution telle que la Justice, afin de pérenniser une telle oeuvre de création et d'originalité réalisée avec tant de précautions, d'égards vis à vis de la Terre.

Porteuse d'avenir,  susceptible d'engendrer, si elle devait se généraliser, de très nombreux emplois ciblés, des marchés, une industrie maîtrisée du bois et de la pierre locale, cet exemple des plus saisissants et caractéristiques est à prendre en considération et surtout à défendre, à faire connaître, à initier partout et quel que soit le niveau d'urbanisation à considérer, ( Ville au Hameau ) !... 

Les opportunités de la pierre sont non seulement variées, diverses et nombreuses mais également souhaitables pour le futur de notre Île, aux seules conditions que l'Industrie de la Pierre demeure soucieuse de l'Environnement, de la préservation du Patrimoine, de l'admiration que l'on porte sur les terres en voyageant. Ces terres qui redeviendraient comme reconnaissantes de notre regard posé sur elles, en nous le rendant aussi à travers un  pacte prodigue !...

Que tous les élus battant campagnes s'illustrent ici ! le terrain leur est favorable, notamment tout autour des notions de préservation, de l'acception actuelle de l'identitaire, de la  spécificité des aménagements du territoire et ruraux ! Il y a dans ce noble projet tout ce que des hommes, amoureux de leur Terre, ont pu donner afin qu'elle reprenne un  authentique visage, ses atours, ses curosités qui font que l'on s'y sente bien vivre, reconnus, certainement ! 

" ... Ô Terre de Corse, que ne deviens-tu pas, aujourd'hui, à grande échelle et  partout ?  des rivages aux montagnes, par  ces lieux de confiscations et d'enclavements où les maisons, une à une criblent et défoncent la terre sans ménagement, ferment toutes les côtes, s'emparent sans aucun souci d'unité et de cohérence de tous tes espaces de beauté et de richesses, sous la seule et froide égide de la propriété privée, de la  démesure, ne périclites-tu pas ? Là n'étaient points tes desseins..."

N'y aurait-il pas ici l'ombre et la marque  de nos anciens aidant ces hommes de bonne volonté et arborant aussi comme plus-value  l'originalité et la création parant ces arpents de terres de si belles harmonies ?

Lorsque l'on pense à l'actualité, à ce que l'on laisse  se développer et s'étendre sans ménagement dans l'anarchie la plus complète, il y a de quoi se révolter et crier au scandale ! Oui, comment détruire la quintessence même d'un habitat spécifique et laisser se développer le laid, l'anachronisme, ramper l'hydre de béton uniformisée standardisant l'urbanisme collectif, comment faire de notre terre, de nos villages  ces excroissances de banlieues aux crépis infames jurant salement sur  " a petra bianca ", la réfutant, l'excluant à jamais  ! 

Quel sera le visage de l'Île de Corse, lorsque des petites communes se verront commuées en  d'immenses banlieues sans âme absorbant le trop plein des grandes agglomérations, lorsque les agglomérations ramperont si loin qu'elles finiront par se rejoindre, traversées de poids lourds encore plus gros, plus nombreux, avec leurs cortèges insupportables de nuisances  ? 

Que sont advenues les résolutions d'une communauté qui sait autant chanter sa Terre, les Anciens ? Devrions-nous abdiquer lorsque une à une l'initiative intransigeante, le passe-droit,  les fins du tout commerce  prennent le pas et dominent. Les privautés du sens commun, les finalités porteuses de mémoire et de respect garantissent  la pérennité d'une Culture insulaire jadis si marquée et plus encore tant louée  à l'extérieur ! 

Nous aurions tant aimé justement que les grandes et nobles politiques, depuis toujours, aident à la multiplication de telles initiatives, concours  aux subventions et à l'incitation d'un pareil habitat, ou du moins s'en inspirent, tant celui-ci se rapproche des invites de notre Terre. 

Nous y gagnerions tant de choses, en simplicité, en authenticité, en reconnaissance, surtout, car qui débarquerait sur pareille Île se confondrait en respect, en admiration, en curiosité ! 

Mais ne me parlez plus de banlieue, de ces nouveaux hameaux qui ne différeraient plus des terribles  banlieues métropolitaines, la hauteur des tours en moins certes, mais portant tous les germes de l'isolement, de l'absence, du mitage, de l'expansion néfaste à l'Environnement et aux espaces naturels, jusqu'aux rivages lentement grignotés.

Voilà, nous tenions à évoquer cette douloureuse actualité, à conforter et à faire connaître de telles initiatives insulaires parce qu'elle sont chargées de respect et d'amour envers la Montagne dans la mer et l'Île de Corse ; que les élus s'emparent de ce litige pour en défendre les volontés et les finalités  saines, afin de trouver des solutions d'actualités justes et humaines,  - car nous sommes désormais  en présence de l'unique arbitraire de la loi et de ses verdicts ; puissent-ils ne pas se montrer intransigeants, partiaux et obtus  !

Puisse ce Collectif de bâtisseurs avancer, serein, à travers leurs idées innovantes, leurs compétences avérées et tout à la fois  héritées d'un passé à la Culture florissante et aux savoirs éminemment élaborés. Que leurs savoirs-faire soient également sollicités par les collectivités afin de repenser tout les  aménagements communs, de satisfaire aussi à toute autre demande ... Alors, peut-être qu'un jour, retrouverions-nous le sens et la foi  partagés envers une Terre profondément aimée, au-delà des  petits jardins cerclés de tours et de remparts de bétons et de parpaings jusqu'au bord de la Grande Bleue ! 

 

GHJORGHJU D'OTA 

 

DSC05655

Nous sommes loin de ces maisons du Cap Corse, vestiges à l'abandon total ; force est de constater qu'à l'époque, on ne comptait pas le temps et l'on bâtissait au mieux, avec les ressources de la Terre, donc forcément, harmonieusement ... De nos jours, les nouveaux matériaux prennent le dessus, et bâtir, c'est comme consommer, on trouve moins cher dans les grandes surfaces de l'Industrie ! Tout serait à revoir et repenser afin de regagner les voies porteuses d'avenir et non de déclin  ... Modernité et Nature peuvent se conjuguer, s'associer, innover, étonner : question de volonté et de foi en la Terre, avant toute chose, et, les initiatives sont déjà nombreuses en ce sens, il convient de les généraliser

...