SENTIMENT OCÉANIQUE 

 

Comme un vieux souvenir
 Une évocation fugace
Au réveil s'empare de l'instant 
Voici qu'une scène toutes les fois
M'apparaît familière
Au coeur de la nature
Il y fait déjà bon vivre et muser
J'embarque à bord d'un vaisseau
Étrange  Mémoire de l'eau 
Demeure sans rive
Vire entre passé et devenir
Qui divague songeuse
Allant s'apaisant et renouant
Depuis la profondeur des choses
Quelle illusion choisir
Quel mirage à nouveau retrouver
Attrait  fascination d'entre les folies
L'aventure irrépressible
Ne serait qu'un rappel
Et rejoint l'écho des lointains
Ces errances jadis osées
Que j'aurais tant aimées
Il est des forces obscures
De sibyllines séductions
Aux inclinations incessantes
Et fondamentales si charmantes
Où les muses et les nymphes
Parent les horizons de la mer
Et ses rivages sans nom
Aux vagues bleu de ciels
Des plus beaux atours
Ô fards solennels premier regard
Qui m'appellent et me sourient
J'embrasse l'aura numineuse des destins
Et tantôt m'y revivifie pleinement
Quelle est cette complicité
Par la séduction du jeu
De la mort de l'émotion
Vers les bleuités  commuées des vents
Où l'amour et la violence duelles
Se disputent inlassablement la foi
Et qu'une nature rebelle en moi décline
Et pousse aux confins de la déraison
Y retrouverais-je immanentes
Les ruses et les stratégies de survie
Ces rudes et périlleuses origines
Les faisceaux innombrables
Oscillant entre sanction et gratitude
L'existence pleure les paradigmes chers
Dont le pèlerin s'est depuis éloigné
Par trop conforté désormais
En un nouvel habitat très industrieux
Mystères toujours  questionnements
Sans réponses que le répons intarissable
D'une âme rendue à l'azur louangeant  la lumière
Qui s'offrent en partage
Depuis les flots de la mer et du ciel
A bord du souffle et par la voie des Îles
J'irais depuis toujours saluer serein
L'iris d'une fleur une étoile promise
Et si l'éternité ainsi s'esquissait
Pointait subreptice ses sublimes pans
Où graviter depuis le racines du ciel
Alors léger comme une pensée
Mûrir au soleil de l'alliance  Fruit
Qui jamais ne meurt encore
Par toutes les harmonies du silence
Grain de poussière dans le vent de sable
Mouton dans la tempête de vagues
Unique et chaque fois immémorial
J'emporte à mon bord l'immensurable
Révélation d'avoir été  lointainement de retour

 §

MARIN

- Pensées en Mer  - Ou du sentiment Océanique - 1 ère Ecriture, depuis le fond de l'immémorial 

 

DSC04474