Tout un symbole ! 

 

minquiers_002

 

Une nuit en Manche pour une longue bordée
A travers l'obscurité profonde
L'immensité   aux appas  de la folie
Exalte le chant lugubre des  balises

Emportés par le jusant    le vent
Nous précipite au grand largue 
Et cette règle de trois obstinante
Au plus fort du verdict  des  douzièmes
Livrant la vie de trois marins
A l'incertitude de la grande marée

Quelque part devant  deux quadrants
Le terrible plateau des Minquiers
Subreptice et tellement traître
Sous les eaux esquissant la mort blanche  
L'ombre virginale des brisants

Un voilier raide à la toile démesurée
La fluxion bruissante de l'eau vive
Un barreur dans la nuit d'un cap
A tenir  qui eût espéré la survie

Ainsi court la raison et dérivent
Les cortèges très en vue de la dérision
L'arrivée qui naufrage toutes les fois
La foi primordiale des passions

Le mât danse parmi les étoiles
Les haubans sifflent un air de fête
Le bateau gîte et tosse lourdement
Sorti de la table à cartes sur le pont
Je livre au barreur la route à suivre

A bord il n'y a pas d'annexe 
Je fais le tour des passavants  Rien
En-dessous    les Minquiez affleurent
Le temps est à l'équinoxe de printemps
Mais que suis-je allé faire dans cette galère

Dérade insensée au seuil de l'éternel
Lorsqu'une bouée entonne lointainement
Depuis le Ciel de toutes les délivrances
Aux limbes des flots familiers
Le psaume louangeur 

Juste avant l'aube je ne dus la vie
Qu'au verdict  lugubre d'une sirène
Aux stances que la longue houle
Dolentement ravissait  au vent ténébreux
 Frehel altier éminemment  vénérable
Nous ramena vers les portes de St-Malo

!

MARIN - En Course, entre Grandville, Chausey et Frehel / St-Malo - 1983

2 ème Ecriture le 09.10.16

 

 

12082010732

Photo //

 http://lahauteflourie.blogspot.fr/