THE END

 

 

PHIKARIA_SEMPRI

 

 

Marin  Toi qui vagues
Musant à la valse
Des voiles et des lames 
Evanescentes
Errant à  la traîne des nues
Passager des vents
Où les sens  Sèmes
A toujours transcendants 
Ondoient 
Et t'accordent l'infinie
Clarté du silence
Voie sur l'azur
La co-errance
Des harmonies

La noria océane
Pour ultime ode
Par la nuit liquide
Délie
L'aura des nymphes 
Le moutonnement céleste
Et bruissant des dunes
Où tu n'es que poussière
Ce désert emperlé
Allant pérégrin abonder
L'immesurable don
Les abysses de l' instant
Où s'ébat la pensée
Une goutte nue
Fonde le Tout

Rivages cernés
De langueurs ineffables
Eveil à la munificente
Essence du fruit
L'Ether vaut bien les limbes
Où panser les blessures
Que masque la boue
En grimant les contours
Brisés des citadelles
Mortes
Ô latences insanes
Qui s'imposent
Comme irré-vocable
Et inégal destin

Une étoile sourd
En croissant
La lune tangue et se confie
Au halo  Icône
Indéfiniment bercée
Mélodieuse pérénnité
De la nuit au jour qui se lie
Sur les rives de l'été perpétuel
Tu vogues Marin
Là est ton refuge
Sous la lumière équitable
Des astres
En tout point
Rencontre
Choeur de l'absence

Ô éternel envol  Message
Toutes les fois blanc  Saine
Espérance qu'effrange
Là-bas une voix
Diaphane
Ta demeure est partout
Quand tu ne fais que passer
Par les vergers du ciel
Empreinte
Sur l'abrupt et le tombant
Que l'embrun encense
Le ciel sur la terre s'est posé

Vertige de l'écho
La délivrance décroche
Et la parole probable
Des mondes inconnus
Te destinent sans fin
A l'Univers du Verbe
Des hirondelles de mer
Sibyllines
Transe-Migration
Par les ailes du miracle
Et tu t'élèves


Est-ce un rappel l'âme
Qui s'invite et ravive
L'intarissable souvenance
Des dives moissons
Semailles
A la source de l'éternel
Que le rêve exalte
Ainsi le créateur le rebelle
Vont et s'en reviennent
Comblés d'inconnues


A l'ombre ceinte de soleil
Effanant en paix l'épis
L'émoi du penser vrai
Qu'un souffle traverse
Et ramène à la transparence
De l'aurore
Et tu t'éveilles
Comme tu renaîs
Marin dès lors
Perennelle étantité
Substance
Impérissable
Instant bordé
D'infinis

Puisses-tu aux largesses
De l'azur
Et de la terre Aux libertés
Consenties de l'amour
Vers la vérité
En chemin par la voix
De tout un serment
Abolir les damnations
Que l'ancre fige et abîme
Dans la fange
Et la masse informe

N'avoir de port
Qu'un ultime sourire
Nos billets doux
Aux mains du coeur
Brassant les roses et leurs épines
L'offrande ne vieillit pas
Sans la crainte ni le doute
D'heurter le baiser d'une étoile
Et de troubler
Les larmes du ruisseau

Si profondes sont les lignes
de vie Supplication
Aux dessins du Ciel
Insignes Liens
Esquissant en partance
Les desseins apaisés
Des horizons innombrables
Qui t'espèrent
Noble messager

L'Océan comme un reflet
Insondable
Regard diluvié
D'aurores
Est fidélité révélation
Des flamboyants
Couchants
Qui te ceignent
Tu leur es unis
Depuis toujours
Ailleurs
Et à demain

La mer reprendra
Notre esquif de bois
Nous nous rendrons
A la nuit pérenne
Tombée
Il y a mille ans
A cette vallée
Jeune comme un torrent
Au prisme
Cristallin de l'iris
Qui se souvient

L'antre de la forêt
Barrit au-delà
des flots léchant
Les billots du rivage
Le pouls de l'Océan
Scande nos pensées
Nos rencontres
Sur la Terre des Hommes
Livrées à la longue houle
Aux énigmes de l'Univers
Ainsi du frisson de l'étrave
Qui nous confond
Improbables et possibles
Par la foi en l'éternel
Sur le parvis du présent
Incommensurablement
Lumineux et dansant

L'Océan doucira
Ces trans-humances
Vers les ciels
Illusionnistes
Et leurs plain-chants
Aux seins de la plénitude
L'orbe n'est-elle plus
Qu'un éclair une ellipse
Les flots accompagnent
La ronde des fleurs

 

MARIN

- Autour ........ Ailleurs....... Depuis......Bientôt ...... Toujours ....... Jamais ...... Maintenant ! -