19479_Asperatus_030609e

 

asperatus3

 

mammatus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis les temps les plus reculés, l'Antiquité et  jusqu'aux siècles derniers, interpréter les signes du ciel,  le cours et le langage des éléments étaient le seul moyen dont les hommes, les marins disposaient pour"  prédire " le temps. Il se fiaient aux hérauts, aux  messagers du ciel, aux astres et à leurs halos, enfin à une foule de témoignages dont la fréquence, les observations et la vérification sur le terrain les  fondaient comme valables.

L'Univers des Nuages revêt une dimmension merveilleuse ; invitation à la rêverie, mais hélas ! bien souvent, rappel brutal à la réalité de terrain ! D'où les dictons, les adages populaires, les saints-protecteurs des moissons et des récoltes, jusqu'aux ex-voto que les pêcheurs et les marins vouaient à l'adversité, sous l'égide des dieux  puis  des saints-patrons de l'église !

 

Je pense très sincèrement que les usagers de la mer, les hommes vivant en symbiose avec la terre, à l'écoute des saisons et de tous les signes s'y afférant, faisaient la preuve d'une grande sagesse. Point de présomption ni de certitude, mais l'humilité avant tout que confèrent de vrais rapports avec la Nature. Aucune extrapolation, point de suffisance ni cette pléthore de graphes et de courbes affichés  débouchant en définitive sur des erreurs monumentales, le nouvel ordre humain, exclusivement humain...

Ainsi et de tout temps, les nuages dans le ciels, qui établissent encore pour un temps l'évolution et les coupes schématiques de nos perturbations atmosphériques modèles ! Mais l'intelligence virtuelle, à laquelle nos ingénieurs météo obéissent désormais sans faille, les intègrent-ils encore pleinement ? Sait-on de nos jours corriger un bulletin, une prévision au vu des ingrédients du ciel, de l'évolution du Système nuageux ?

Sait-on également, qu'il nous arrive des nuages, des ciels qui ne figurent dans aucun registre, dans aucune nomenclature de nuages établie et complète, à nos jours et qui ait été vérifiée ? Je veux évoquer ces fameux ASPERATUS,  d'autres MAMMATUS, dont on découvre ici des images terribles ! Il existe tant d'autres manifestations étranges du ciel, qui auraient toutes leur signification, avec une précision des plus redoutables !

Pourquoi de tels phénomènes, visibles, une telle ampleur  à travers les manifestations de l'atmosphère dont on serait prêt à parier l'état de déliquescence et de fragilité avancées  ! On avance qu'ils seraient autant inoffensifs qu'ils apparaissent terrifiants ; soit !

Nous sommes toujours à la recherche d'indices, de témoignages qui puissent justement inférer le cours normal et l'établissement des bulletins météo fréquemment  rétifs et obtus, qui jamais ne concéderaient le moindre crédit face aux menaces et aux désordres que l'activité humaine ferait peser sur la qualité de l'atmosphère et ses équilibres millénaires.

Il existe à ce jour nombre de comptes rendus sur la vie de l'atmosphère, les manifestations étranges, nouvelles, qui de plus en plus souvent se reproduisent. Puet-on raisonnablement les corréler à la débauche de nouvelles sources d'énergies lâchées dans l'atmosphère ?

On sait la configuration et la violence extrême des tornades, qui s'explique, et qui n'auraient pas d'âge, non assujetties à l'existence des hommes et à une sur-activité industrielle ; certes, mais on ne peut non plus passer sous silence les causes de phénomènes atmosphériques directement liés aux activités dites anthropiques, surtout depuis l'accélération  et l'affolement énergétique générés par la Révolution Industrielle et post-industrielle.

Enfin, tout cela infirme les conclusions hatives des  prévisions traditionnelles  !  De tels phénomènes, aussi inoffensifs soient-ils, ou le contraire, ne doivent pas demeurer sans explications ni vérités tangibles, scientifiquement prouvées et établies clairement ; nomenclature de nouveaux nuages, dont les causes seraient définitivement ciblées et élucidées

 

Série de MAMMATUS 

 

mammatus7

 

 

mammatus3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mammatus1