I ME LOCA // SURGHJENTI 

 

DSC05015

 

Ici, au coeur d'une Nature splendide, aux pieds d'un village harmonieux, de l'Histoire,  le tombant est défiguré, la colline arasée pour y loger la démesure du Béton, l'anchronisme architectural ! En gagnant les hauteurs, des saignées dans la terre en guise de route au lieu de réinverstir d'anciennes voies !

Aujourd'hui, je n'ai plus la force des mots pour crier, me révolter ! Mais ces larmes versées sur une Terre qui s'en va, la mémoire de mes racines  étouffe sous ces chapes de béton et d'asphalte, les liens de nos racines que les pelleteuses tranchent comme l'on sectionne les artères et les poumons de la Terre-Mère ! 

 

 

DSC05357

 

Oui, la Terre-Mère déchirée,  arasée, bousculée ;  une hantise des peuples lointains qui auront été  colonisés, éradiqués comme le furent les Indiens d'Amérique à travers leurs vastes territoires et le Temps des Rêves  ! Eux qui louaient à la Terre-Mère, à Pachamama, en Amérique de Sud,   une sorte d'adoration et de culte séculaire, millénaire au Grand Esprit, ordonnateur du Tout.

 

 

DSC05371__1_

 

Comment accepter pareille déchirure, oser, dilacérer la Terre nourricière, exploser les montagnes, détruire, détourner, assécher  les cours d'eau limpides ? Comment penser un seul instant tarir le chant des vertes prairies, des vallées et des montagnes en bloquant le cours solennel et souverain de l'eau ? Impensable, blasphématoire, hérésie Contre-Nature ! 

 

 

Toutes les fois que l'Homme rouge prélevait de la Nature la quintessence de sa SUBSISTANCE, ce n'était jamais sans l'associer au rite, aux usages protecteurs. Il remerciait les dieux  et les esprits de la Terre-Mère pour sa prodigalité ancestrale et millénaire.

LA TERRE SE RESPECTE // A TARRA NATALI  _ I SURGHJENTI 

  

 

 

DSC05112_001

 

A des dizaines de KMS à la ronde, le spectacle de la terre éventrée ! La Corse ne recèle-t-elle pas suffisament de zones encaissées, de vallons, de lieux et d'endroits qui se prêteraient peut-être mieux à ce type d'exploitations ? Le pire étant qu'elles se multiplient et s'étendent !... Sans compter le corollaire, des chantiers énormes, le Vracs des engins et des stocks entassés de partout qui se répandent ... Ce sont là de très bonnes dispositions vis à vis de la TERRE ; ô Ingratitude !

 

Voici, pour  Corsica... Go56 un témoignage visuel qui ne se voudra pas  polémique dans le sens commun du terme mais qui pointera ce qu'il ne faudrait jamais faire lorsque l'on foule, l'on veut préserver  sous les pieds ces  arpents de Terre merveilleuse et si rare, si mystérieusement complexe et douce à vivre, à faire valoir surtout comme un modèle de complétude et d'harmonies  ! 

Mais pourquoi construire d'un côté, tout détruire de l'autre ce qui préside aux richesses même du temps présent et du futur ? 

Si la modernité impose  aux hommes des obligations, un souci majeur de prospérer et de répondre aux besoins de la vie économique et aux lois du marché, elle sait aussi assortir ces préoccupations de garde-fous et de prévention à l'encontre de tels forfaits susceptibles de défigurer toute une zone, un panorama unique, une Micro - Région entière ! 

Bien des solutions seraient à exploiter pour pareilles entreprises à grande échelle, sachant que notre relief se prête aussi à la mise en évidence d'exploitation soucieuse d'intégration et de  mesure, de l'intégration à l'Environnement ... On ne brade, on ne vend pas, on n'exploite sa Terre pour la  dilapider et détruire mais pour semer !... La laideur, l'horreur ne sauraient être par-semées !

 

canari10

CANARI et son Amiante est un Classique Insulaire, cela date, mais tout de même, comment depuis des décennies ne pas avoir réglé le problème de la Réhabilitation définitive et assainie de ce lieu de Malheurs et d'opprobres ? Cap' Corsu . Quant au tracé des routes, je ne pense pas que de telles saignées, des Voies à l'Américaine aient été le choix judicieux pour fluidifier le trafic, l'accélérer ! Un peu de mesure, ou alors, passer derrière et tout fairepour fondre ce tracé dans le paysage : il y a toujours des solutions

!...

 

Regardez ces images, irréversibles, d'une Terre éventrée, chavirée ! de telles entreprises fleurissent de partout, laissant le regard plonger dans ces abîmes de poussières et de rocs éclatés ! En arrière plan, souvent, nos villages d'antan, ces immenses  pans de vallées, ces coteaux jadis amoureusement travaillés et prospères...

Que nous reste-t-il aujourdhui, au seuil souverain des montagnes, lorsque l'on percute à coup de mines la terre rouge des millénaires, aux pieds d'un Massif qui n'aurait d'égal qu'une destination perdue des Rocheuses.

Ce spectacle est à pleurer, désolant, il montre à quel point la modernité se fout de l'essentiel et va droit dans le mur de béton et de parpaings qu'elle répand comme une hydre horrible, partout, jusque dans les bastions d'une beauté que l'on croyait inexpugnable.

Entre l'incendie, l'explosion de la Terre, les rivages sauvagement révulsés et couverts de constructions,  l'envahissement des déchets jusque dans la mer, les villes tentaculaires qui rampent et souillent, le mitage des campagnes, l'air investi de miasmes et de pollutions majeures  tout azimut, que devient notre cadre de vie, l'essence même de cette acception vitale qu'est la NATURE, l' Environnement ? 

AVANT  

DSC03846

 

MAINTENANT 

DSC03844

 

L'exemple d'un massacre à ciels ouverts ! Une montagne que l'on arrache à la montagne, ici vue de profil ! Mais la carière s'étend, gratte, progresse aux pieds d'un Massif montagneux de toute beauté, qui aurait dû inspirer le Respect, ne serait-ce que vis à vis de nos Anciens. En effet, combien de Moulins, d'édifices vénérables jouxtent ces lieux, de sentiers et de champs ceints de pierres rouges ? Le spectacle pollue A Pian d'Avrettu dans son ensemble ! Cette balafre focalise notre regard, visible de tous les horizons, c'est une calamité visuelle !

 

Peut-on espérer, un jour, voir l'homme se réconcilier avec sa Terre, sur tous les plans, de la préservation à  l'expoitation sereine des sources d'énergies et des substrats ? Mesures et sobriété, tels devront être ses priorités, afin de renouer avec l'Etant, pour  l'Eternité ! 

Grosse émotion, écoeurement tout implement en postant ces images de notre Terre violentée sous nos yeux !

Voyons et rappelons-nous de CANARI, de ces mines d'Amiantes, laissées à l'abandon, à ciel ouvert, comme toutes les carrières qui balafrent le Visage de KALLISTE ! Opprobre collectif, état de guerre larvée  contre  A TARRA

!

 

DSC02527

Lorsqu'un Torrent jadis nourri, prodigue, mélodieux dérrange, ici, on ne fait pas dans le détail, on tranche et on dégage : Voici le dit Torrent transformé en Voie Rapide, expresse, pour l'eau, certes... Mais il faut savoir que le cours d'eau doit garder son espace, son lit légitime et souverain ; d'autre part, avant de bâtir, il faut bien sûr s'assurer d'une marge de sécurité susceptible de garantir contre les surprises des crues centenaires ; c'est le bon sens... Car, si nous devions voir tous nos torrents passés au Bull, quels désastres ! Et puis celui-ci, l'été s'enterre ; ce qui dans le temps n'était certainement pas le cas ; puisque les riverains cultivaient, produisaient ensemble, prospéraient ! Que voulez-vous, nous vivons un autre siècle dont je ne suis pas !

DSC05524

Bords de route, dans une campagne et une végétation magnifiques, au sein d'une Micro-Région on ne peut plus touristique, typique ! On se croirait au Chili, vers ces immenses mines de Cuivre à ciel ouvert ... La montagne devrait disparaître peu à peu, il faut s'y faire, priorités au développement. On ne peut qu'être d'accord, mais, pourquoi en cassant tout, pourquoi ne pas dissimuler, amoindrir l'ampleur de ces prélèvements en les cachant, tout simplement  ?