U FIATU MUNTESE - CANTI DI A TARRA NOSTRA -

N'INTERROMPEZ PAS LE CHOEUR DE LA TERRE

 

Ô pierre  eau  de lune
Miroirs exondés des
Mosaïques antiques
Qui reflétez toujours
De rares beautés
Champs des Néréides
Auréolées de perles
Par les spires d'embruns
Coiffant les cimes
Ouatinant les vallons


Qu'auront fait de vous
Les monstres d'acier
Les commanditaires
Du béton du bitume
Les rouleurs d'asphalte
Malodorant
Je vois sans frein
La benne et la mine
Éventrer le socle
Des siècles travestir
Les rivages  rompre
Aux noces de la mer


L' ex-île tant prodigue
La haute montagne
Heurte leurs remparts
En dévalant nos vertiges
Accores et à cri


Ivresses de l'azur
Chamarré d'écume
Nimbes albâtres
Que ne lis-je déjà
Dans vos ocelles
L'avenir sombre
Des paradis perdus


Le divorce que force
La manne immensurable
Des ors ceints
L'insolence des artifices 
Aux vains  ciels grimés
Éphémères
Turpides et suris


Île parmi les îles
Ô songe de Toi
Nymphe sibylline
Kallisté des Driades
Diluviée de cascades
 Moraines astrales
Des-illusions perdues
Pensée diaphane
Pour un océan
De saine quiétude


L'Un parle au Tout
Bien avant  les rois dévoyés et aveugles 
L'Un chérit
L'harmonique et le joyau
Louange 
L'écrin et son chant d'orgue
Polyphonique

Qu'allons-nous devenir 

§

 

MARIN 

- 1ère Ecriture - Terres d'Ex-Île -

 

DSC05776__1__001