Xavier RUDD - L'histoire et les Paroles de cette chansons sont magnifiques !...

A mes Petits Enfants, qui un jour chanteront avec un lointain Oiseau des mers, incompréhensiblement, car  l'Esprit des oiseaux jamais ne s'éteint ni ne ment ! 

 


Où semer sur la mer de tous les horizons
Quelques repères   lui laisser  son empreinte 
Comment jalonner l'éternel  l'infinie transe
Quelle route suivre et pour quel guide
Donner un sens à l'Azur  nommer l'Ether 

Pour une réponse qui ne serait vraie
Parce qu'elle eût perlé d'en haut     Larme
Fluant  d'un d'unique regard  d'un sourire
Sur ce métier à tisser    la trame des flots
Et la chaîne immense de la déconvenue 

On traverse l'océan      enfin tous les déserts
Mais de l'Azur qu'en est-il    Marin-pèlerin
Quand   dolente  la solitude du jour efface
Toutes les étoiles       l'espérance de la nuit
Comme la foule que les routes brassent
Cache en chemin  l'étape et le gîte du coeur
En longeant l'incendie  le parjure à la Terre 

J'allai obstinément sur l'Océan   Solitaire
Et comblé à la fois   affrontant un dilemme
Je tentai en vain d'en élucider les chaos 
Pour le moins ces raisons d'être et de ne pas être
Car de m'en retourner probablement me gêna
Consumait le fait établi   au-delà de l'abîme 

Serait-ce le bout de la route que l'on pressent
Ce faux pas qu'un rappel étrange commande
L'excès en déréliction ou de foi enfin l'abandon
De ces portes une à une qui se ferment en brisant 

Au seuil du néant  aux entours  du silence
Ainsi de l'amer qui eût valu cette traversée
Ainsi de tourner en rond un jour durant
Ainsi des charmeresses illusions

 

§

MARIN - Pensées en Mer - 1 ère Écriture : pendant la Traversée -

2 ème Ecriture / Marin à Terre 

  

DSC06013__1_