DSC06097

 

 

Conservatoire du Littoral ! Nous sommes dans le Grand Sud ... Une heure de Collecte, 100 m de Côtes et de Dune -  Rivage  Lacustre remarquable ! 5 Sacs de 130 Litres remplis de miasmes ; le ramassage ne s'étant opéré qu'en Surface, hélas ... La mer et les vents travaillent désormais contre l'Homme, lentement, sûrement.

En arrière - plan, la berge et les golfes clairs, chers à Trenet, les vacances ! oui , tout va bien, le jet d'ordures aussi ...

Il en est de même pour ce qui concerne les Parcs Marins, les Zones Internationales et  reconnues - Unesco - La mer ne connaît ni frontières, ni  appellation, ni spécification : elle ramène à la terre ce que l'homme lui inflige ! 

Elle n'aura pas attendu l'homme pour que celui-ci décide de ses sanctuaires ! ne mélangeons pas la Mer et le fils de la mer ; rien à voir !

 

CHRONIQUE ACTUELLE 

 

Au loin, les effets d'annonces ! La presse qui s'empresse lors d'une journée phare ! 

Quant aux Slogans vaseux, on n'en veut pas ... C'est évident, tout ce qui va à la mer vient,  de la Terre, mais surtout  des connards qui balancent tout, à tout va, depuis le Producteur, jusqu'au Consommateur ; bien sûr, chacun d'entre nous serait en partie responsable de ce qui advient, parce que consommateur au  premier plan. Certes, mais il reste tout de même quelques zones d'ombres quant aux emballages, d'une part et d'autre part concernant un véritable traitement des déchets, à tous les niveaux de la chaîne de la Production et de la consommation, à tous les verrous de la politique de prévention contre les risques majeurs !

N'oublions pas l'Education, la responsabilisation, l'éveil à la Nature-Mère par excellence des jeunes générations, sachant, hélàs, qu'une fois pris dans les turpitudes et les certitudes du monde des Adultes, l'Enfant aura tout oublié ; quoi de plus normal, lorsqu'en haut lieu, et à tous les étages de la Hiérarchie publique et privée, on ne s'arrête pas vraiment sur le thème de l'Environnement au regard des budgets. Quant aux marchés des biens de consommation, notamment cette éco-taxe à la con qui ne veut rien dire, dérisoire sur le prix de vente, qu'attendre de réellement probant ? 

 

LA PRISE DE CONSCIENCE ?

Et puis, il y a les bureaux, et le terrain ;  si vous préférez l'illusion et la réalité au coeur de l'action...

Il faudrait, peut-être, que les chers élus se déplacent sur Site et, mille fois, deux mille fois se baissent pour ramasser ce que contiennent ces sacs de 130 Litres de miasmes et de poison pour le Biotope, la Faune, la Flore, la Réserve que l'on est sensé protéger, créer, initier ...

Oui, aller fourrer son nez au plus profond des zones humides, des bois de Tamaris ou de genévriers, le long de ces dunes magnifiques où une couche de vieux plastiques se voit recouverte d'algues, puis de strates plastiques et ainsi de suite du mille feuilles !... Tomber, chuter dans les ronces pour extirper les mousses polyuréthanes et autres des bosquets de myrtes, etc ...

Jusqu'où, jusqu'à quand nos sociétés vont - elles laisser courir, pourir  pareilles attitudes de mépris et  de relégation à l'égard du  Milieu Naturel  ?  Il n'y a pas 36 poids et 36 Mesures,  nous voulons dire par là que le Littoral ne doit pas à certains endroits prisés  de l'hôtellerie de luxe afficher une propreté de circonstance apparente et ailleurs,  déchoir sous des milliers de M3 de détritus en tous genres, amenés par la mer et broyés par elle lors de fortes tempêtes

!

DSC06098

 

1000 fois se baisser, se courber, extirper le bouchon ou l'énorme plastique, ramasser un bidon qui s'éfritte et tombe en cent éclats. Sur 2, 3 peut-être 4 mètres, des strates de plastiques, de sable et d'algues ! Alarmant dépôts de déchets dans l'indifférence totale ...

 

UN CONSTAT UNE RÉALITÉ

Ainsi, tout prend la pente de la saleté, de l'abandon, de la mort !  Oui, la mort des fonds Marins, vous savez, ces fonds idylliques que l'on vend bien sur les dépliants publicitaires et dans les agence, vers cette Île que l'on dénomme  : " la plus proche des Îles lointaines " ! Cela vous dit quelque chose ?  Nous pouvons vous en parler, avec son lot infâme de Kms de Côtes souillées par ces déchets de tous ordres, et, de boules de brut bien incrustées dans la roche ...

Du Plastique aux dérivés de l'industrie pétrolière, tout y passe et s'entasse, avant que d'être concassé par les rouleaux et finir en Macro-éléments ou Mictro-Billes plastiques préjudiciables pour le Milieu Marin ! 

Il y a Urgence, à l'Instar du Climat. Il faut réagir, s'élever, dénoncer tant que l'on peut l'oubli et l'indifférence qui prévalent le long de milliers de Kms de Côtes et de Cordons d'une rare qualité environnementale.

 

ÊTRE SENSIBILISE ET AGIR 

Alors, que vous soyez en famille, entre amis, seul ou en randonnée, n'hésitez pas, apportez avec vous ne serait-ce qu'un sac poubelle de 30 ou 50 Litres et retirez de vos lieux d'errance et de joie quelques vestiges de la société de consommation venus s'échouer sur les côtes, vers les lagunes, le long des dunes de sable et d'algues. Voyez, la mer ne ramènerait que du vieux bois sec, les matériaux de la Nature et des montagnes, des terres qui ne seraient plus souillées par l'homme ! L'eau foisonnerait toujours de poisson, elle ne serait plus claire pour rien, mais parce que saine et oxygénée, fraîche et propice à l'exaltation de la vie sous toutes ces formes.

Les vacances sont passées, les gens auront défilé ; au cours de l'année, il en viendra d'autres ... Faut-il que l'on abandonne les matériaux du repas, qu'on les enfouisse dans les algues, que celles et ceux qui profitent de la Nature jettent  sur place les détritus, ces cadavres d'oursins récoltés à la mauvaise saison, sans discernement ? 

La mer, hélas ! ne charrie-t-elle pas assez de poubelles et de matières éminemment polluantes ? Doit-on en rajouter, au lieu d'en retirer, de façon infinitésimale, certes , mais à la longue sûrement efficace ! 

 

A QUAND DES ACTIONS FORTES ET DURABLE DES MOYENS 

 

Que font les Politiques, en Haut Lieu, à ce sujet ? Que décident-ils ? Ont-ils assez de poids pour remonter en amont la Filière déchets et frapper fort du poing sur la Table afin que des mesures radicales préviennent ce types de forfaits ? 

Pourrait-on, un jour, sur le sujet, voir s'instaurer une véritable Politique de gestion des déchets de telle sorte que la Mer ne reçoive plus aucune  salve d'ordures et  de détritus, ni de jus hautement toxiques. Imaginerait-on, sans passer pour un illuminé, un vaste nettoyage des Côtes et de tous les cours d'eau afin que les crues n'aient à charrier que l'eau excédentaire, cette eau dessinant les  superbes dunes et rivages d'antan !

Il ne suffit pas de décréter qu'une portion littorale,  aussi vaste soit -elle,  sera Réserve ou Parc, si en Amont, on laisse la Mer , - plus justement la Société, le Modèle, la Civilisation, la Culture - , jeter aux rivages ces milliers de Tonnes d'imondices et  d'ordures, de Plastiques fragmentés qui finissent par constituer de véritables décharges littorales sauvages ! 

Cette incurie   se poursuit sur Terre, avec certainement plus d'acuité, en Montagne, enfin partout, sans qu'il eût fallu que l'homme soit présent, directement en cause sur les lieux, car, le déchet, par définition voyage, migre, s'infiltre, constitue jusqu'à des Océans Plastiques disséminés sur les étendues marines terrestres. 

Nous n'oublierons pas d'évoquer les résidus d'engrais chimiques, aux quantités industrielles utilisées envers et contre toute mesure, que l'eau finit toujours par ramener à la mer via les cours d'eau, du plus petit au plus grand, via les nappes ; ainsi également des zones urbaines littorales drainant à la mer le " ménage " des villes ; mais cela reste un autre problème, encore plus sensible et surtout évincé, par trop coûteux dans les budgets de villes !

Chaqe Commune doit montrer l'exemple, dégager des Moyens, contrevenir face aux dépots d'ordures, de déchets, de monstres, fussent-ils même en propriété privée, car tout entassement n'est pas de bon augure ...

Des emplois, de moyens, des équipes, une réflexion poussée et ultra spécialisée, avec pour seule finalité : régler définitivement, en attente d'innovations plus performantes, le problème récurrent et dévastateur des Déchets, dont la pollution des Rivages par la mer, quels qu'ils soient !

 

UN PETIT EXEMPLE 

Sur une portion de Côte et de Dune protégée équivalentes  à 100 mètres linéaires, il fut retiré, en surface, environ 5 Sacs de 130 Litres de matières plastiques et dérivés, briquets, des centaines de mégots, des emballages de toutes sortes + Hydrocarbures, des amarres ( polypropylène en masse ), des composites, mousses polyuréthane, résine, bouchons par milliers, sacs plastique, pneus, chambres à air, polystyrène expansé, etc ... C'est l'Asphyxie à court terme de la Grande Bleue, sachant que la partie visible ne représente qu'un infime partie de ce que la mer engrange  et rejettera chaque heure qui passe, des corps dérivant entre deux eaux et en surface.

Des mesures et des décisions radicales se doivent d'être prises, à tous les niveaux de l'Organisation sociale ! Et quant à l'Opinion, qu'elle se réveille et agisse, en responsabilité, afin de montrer toute l'attention et l'affection qu'elle destine à la Nature, à l'Environnement, à la Beauté et à la Qualité de Vie ! 

MARIN

 

DSC06100