DSC06298

Il faut dire aussi que les vagues, à côté, parent la dune et le rocher d'un doux manteau d'algues, de chardon bleu des dunes et de pavots jaunes, où te confondre  ! Porte - Queue de l'Île de Corse ...

 

Sur la dune vierge     tu vagues 
A l'envergure de tes ailes ocellées
L'envolée  est à la grâce
Tu les replies   sitôt offertes à  la brise marine
Qui en effleure  les desseins et l'épure


Et je vais sans me lasser de l'instant
Où tu reposes     évitant le  geste intrus
Entre les mailles  du  myrte  du lentisque
Qui te bercent  et te protègent


Telle la révélation de l'ange évanescent
Tu combles le regard  de vérité
Errant sur la voie de la lumière qui muse


Que t'importe la durée   de passage 
Quand une île dénoue  à chaque pas  l'échevau du Tout
L'éternel  palpite  

 

-  MARIN - 

Naturellement Nôtre

 

1 ère Écriture -  2014

2 ème Ecriture  le 28.01.2020 

!

 

DSC06299