ERIC BIBB  BLUES

 

Ces quelques mots  d'un Quidam  évoquant  l'issue probable d'un Automne, en Méditerranée Occidentale pour le moins,  vraiment anormal. Tant côté températures, qu'ensoleillement et sécheresse ! Les Préfectures prolongent  au 13 Novembre les autorisations d'écobuage, les plaines sont encore roussies comme en Août, l'herbe dans les propriétés ne montre pas une seule pouce, la terre est damée, dure, et le manque d'eau commence à se faire sentir aux  frondaisons exsangues et flétries  de certaines espèces d'arbres...

Que se passe-t-il ? Tant de déluges sur les côtes Méditerranéennes et l'intérieur, des épisodes Cévennols de plus en plus nombreux, ces " Médicanes " ou ouragans méditerranéens, ces dépressions dites à  " coeur chaud " se réactivant au diapason d'une température marine élevée qui évolue peu, malgré l'approche de l'Hiver astral, en différents points des zones larges ? 

Les situations météorologiques affolent les modèles ; tout évolue à très grande vitesse, change, surprend, étonne ; on ne comprend pas ou mal ls revirements d'une situation pourtant établie... Les prévisions de six en six heures changent parfois du tout au tout, la saison dérape, s'étale, prend du retard, bouscule les spécificités climatiques et géographiques. Le Temps et l'espace sombrent dans une dimension hybride 

!

Quelle pente suivra cette évolution, dans les années qui viennent, lorsqu'on se rend compte de changements notoires, surtout depuis 2002 / 2003. Le pire est à craindre, nous le savons, mais tout de même : les échéances vont bon train, s'accélèrent et ce que l'on croyait impossible avant le milieu du siècle s'affiche sous nos yeux, comme si les scénarios étaient pris de cours, comme si l'homme se voyait complètement dépassé par  des constats et des bilans sitôt obsolètes et non avenus.

Que dire, qu'espèrer, si ce n'est une prise de conscience à la fois radicale et durable de cet état de faits que la modernité engendre et impose ? Et de là, observer, autant que possible ces attitudes de sobriété et de mesure indispensables à notre probable survie ultérieure ; car, autant que les états, le citoyen peut déjà agir, à travers une foule de petits gestes quotidiens vers davantage de responsabilité et de réalisme.

L'homme moderne deviendra de plus en plus spectateur, totalement impuissant face aux forces décuplées d'une Nature non maîtrisable ; il sera alors bien trop tard, d'une part face aux inerties engendrées et lancées pour des siècles, et, d'autre part, en présence de phénomènes catstrophiques dont l'ampleur ne saurait diminuer mais  au contraire, s'amplifier

!

CORSICA...GO56

 

COUP_DE_MER_A_CANNES

 

Ce " Coup de Mer " à  Cannes date ! Ce ne sont pas les 5 à 8 mètres de vagues que nous connaissons aujourd'hui,  ces habituels épisodes se produisant tous les 3 ans ! Ils se répètent de plus en plus régulièrement et souvent, avec force énergie croissante.

A noter, aussi, que depuis quelques temps, la Corse demeure en marge de ses terribles intempéries, ne voyant autour d'elle que les signes annonciateurs de déluge et de vents très forts sévissant plus au Nord-Ouest ?