Jacques BREL  - Les Marquises - 

 

HAMILTON ou les AUTRES, à ceux qui immortalisent le frisson, au coeur d'une lame aux issues létales ! Je me devais, ainsi, de leur adresser ce Texte, louant à la fois l'exploit mais aussi ces Lieux d'antique et de solennelle beauté !

MARIN

 

laird_hamilton_teahupoo1

 

IMMORTELLE APOTHÉOSE 

 


Le discobole et le lutteur
En la statuaire hellène
S'effacent  Eux qui par
Le temple des dieux et
Des déesses consacrent
A toujours figés
L'épure l'argile
Saine et duelle
D'un corps voué 
Au canon apollonien

Mais voici  sibylline
Une silhouette pacifique
Un brin de Mana ***
Y serait enté
Et le chantre mutique  en l'antre
Lumineuse et viride
Chorégraphie un ballet
Dyonisiaque hissé
Du fond des âges
Depuis les Îles sous le Vent
Parachevant les transes
Où la beauté se devine

Icare s'en retourne
Exulte au filigrane des nues 
En volant sur les vagues
D'un célestiel miroir
Après la chute  Danse
Sous le regard abyssal
Des cirques élyséens
Où l'éternel joue
A se pâmer aux ciels
Mêlés d'Essences
Rares et insoumises

Édénique
Le paradigme anime
L'étant que la mouvance
Auréole en boucles 
Ô figements nés du galbe
D'orbe en apothéose
La voie des dieux  perpétuent
En nimbant l'éther
Le soupir des baies
Et des récifs coralliens

Hyménées astrales
Lames vierge et sauvages 
De la mer et de la terre
Ainsi de vos prairies
Où l'amour et la mort
Soulignent un baiser
L'instant de l'onde
Et la pantomime
Amniotique 

Ô harmonique
Souffle
 Palingénésique
L'ellipse vacille
L'Océan se marie
De transes en lucides  passions
Comble l'immensurable
Souffleur de verre
Et incante

A la source du rêve
A la renaissance du Monde
Ainsi de l'indéfiniment petit
De l'infiniment grand
A la foi se confondent
Sur les ailes des vents 
Lointains en fuyant
Et l'Ether s'enivre et joue à perpétuité 

TEAHUPOO 

§ 

MARIN

- En toute 1 ère Ecriture, depuis l'onirique bordée du Mana -  Je vous invite à revenir, à relire ces textes que l'auteur remanie, retouche et corrige, bien sûr, après cette " Toute 1 ère Ecriture " 

 MANA  :  dans la Cosmogonie et la Culture Polynésiennes, le Mana désignerait  le vecteur   diffus de pouvoirs spirituels ou d’efficacité symbolique supposé habiter certains objets et personnes ; nous retrouverons cette notion et cette dimension aussi et surtout auprès des peuples de l'Océanie, grands Voyageurs à travers le Pacifique,  disposant de "  l' Intuition et d'un  sens étrange, voire mystérieux de l'Orientation, de clairvoyance " qui les dirigeaient depuis leurs grandes Pirogues.

 

LAIRD_HAMILTON_TEAHUPOO_

 

laird_hamilton_2