MERCAN DEDE 

 

L'EBAUCHE D'UN  INSTANT  


Pour dernière fantaisie
L'ébauche d'un instant
Néantisant à l'envi
Las quêtant on ne sait
Plus quoi ni comment
C'est au seuil de la chute
Que tombent les masques

Dans le clair-obscur
Une focale prétend
Remettre le monde
A l'ordre numérique
De vaines illusions
Isole la folie s'écriant
Au transfuge roi

En un éclair l'onde
Symbiotique se révèle
Au dessein fusionnel
Où s'abstrait le lien
La mémoire d'un choeur
Une autre foi 

Le joyau est fugace
L'écrin d'argent
Comme un secret
Vague à l'âme
Ainsi le croissant
De lune en silence
Absente de l'amer

Moment étrange
Diaphane est la fuite
Une rencontre s'évade
En-gravant  leur frisson
Et trans-mue tout mal pansé

Ô présent lumineux des voiles
L'improbable est ton royaume
Où l'exil joue à se cacher
Obstinément délivrance
Je vais en l'instant
Faire allégeance
A de saines clartés

Ainsi de renaître à la vie
Envers et contre toute entrave
Qui eût assassiné le geste
Le douloir de survivre
A de saintes allégeances


§ 

MARIN- Amèrement vague à l'âme - 

 

 

INSTANT